Médecine allopathique et médecines traditionnelles

Céline FAU (Naturopathe)

  1. Définitions

La médecine allopathique / conventionnelle :

Renvoie à la médecine que l’on connait tous : allo Docteur ? Elle insistera sur les points suivants :

  • La sémiologie (étude des symptômes)
  • La nosologie (classification des maladies)
  • Le diagnostic est rationnel et fait appel à l’anamnèse (bilan), à la clinique (symptômes) et aux analyses.
  • Le traitement est basé sur la pharmacopée, la chirurgie, la radiothérapie.
  • C‘est une médecine des spécialisations (psychiatrie, gynécologie, ophtalmologie…)

Son GRAND intérêt

Ses inconvénients

L’intervention, l’urgence, traitement du lésionnel (maladies graves)

Approche matérialiste ni individualisée ni personnalisée, l’asepsie (contre l’infection omniprésente), effets secondaires des médicaments (iatrogénécité), la déresponsabilisation du patient (il devient spectateur de la maladie)

 

Définition de la maladie pour l’allopathie (Selon le dictionnaire abrégé des termes de médecine – Edition Maloine) :

« Altération de l’état de santé, se manifestant par des symptômes et des signes :

  • Physiques (objectifs)
  • Fonctionnels (symptômes)
  • Généraux (fièvre, sueurs, amaigrissement…) »

Les médecines traditionnelles / non conventionnelles :

Elles sont décrites parfois comme des médecines douces. Pour moi c’est une erreur !

Nous retrouvons ici des approches comme la naturopathie, la médecine traditionnelle chinoise (MTC), médecine ayurvédique …

Ces médecines envisagent la prise en charge différemment :

  • L’anamnèse et les bilans de santé deviennent personnalisés
  • Le malade est plus important que la maladie
  • Le traitement s’adresse au terrain du malade mais reste ANTI-SYMPTOMATIQUE
  • La prévention prévaut sur l’intervention
  • La conception de l’homme total, vision holistique
  • La guérison devient une auto guérison : techniques physiques et biologiques pour activer et renforcer les mécanismes de régulation

Intérêts

Inconvénients

Pédagogie de la santé

Réformer le mode de vie du malade

La limite de ces techniques est le « patient » lui-même.

 

Définition de la maladie en naturopathie :

« La maladie est l’effort que  la nature fait pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé nulle part ailleurs ». (C.G. JUNG). Il semble que la maladie est une conséquence presque inévitable de la vie. Il est certain que les naturopathes insisteront sur la fonction positive qu’elle remplit bien souvent.

 

  1. Focus sur la naturopathie et les pratiques naturelles à travers l’histoire, les civilisations et les courants de pensée
  • La naturopathie ; Qu’est-ce qu’elle est ? Qu’est-ce qu’elle n’est pas ?

La naturopathie est : une science fondamentale englobant l’étude, la connaissance, l’enseignement et la pratique des lois de la vie. C’est à la fois une philosophie, l’art et la science de maintenir l’individu en bonne santé par des moyens naturels.

La naturopathie n’est pas !!!!

  • Un cocktail de « recettes » de médecines naturelles
  • Une religion, pratiques austères et dogmatiques
  • Une science des plantes ou de tisanes
  • L’art de laisser faire la nature, quitte à refuser catégoriquement les médecines d’urgences (corticoïdes, antibiotiques, chirurgie)

 

  • Un peu d’histoire :

Le point de départ de la naturopathie remonte à plusieurs siècles avant notre ère et ne s’oppose pas à la médecine conventionnelle. Bien au contraire ! Ce sont les médecins eux-mêmes qui réalisaient ces nombreuses recherches. A l’heure actuelle, la perception des choses est malheureusement différente et certains les opposent. Or c’est une grossière erreur. Les médecines conventionnelles et non conventionnelles sont complémentaires. Si seul le médecin allopathe est habilité a posé un diagnostic, la naturopathe se posera en tant qu’éducateur de santé.

  • En Grèce antique :

A l’origine, il existait des centres thérapeutiques appelés Epidaure. On y pratiquait le jeûne, la prière, la diététique, les plantes, l’étude des rêves, le magnétisme, la petite chirurgie, l’hydrothérapie, musicothérapie, chromothérapie, représentations théâtrales à visée purificatrice…

Trois personnages fondamentaux :

  • Pythagore (580-498 av J-C): connu comme mathématicien, il est philosophe médecin. Il pratique essentiellement une médecine de régime, de mesure et de sagesse caractérisée par l’alternance travail – repos, le végétarisme et le jeûne.

 

  • Hippocrate (459-377 av J-C): il établit les 3 lois de biologie fondamentale :
    • Loi d’analogie (à raisonnement comparé, conclusion logique)
    • Loi des contraires (à l’origine de l’allopathie et pourtant CONTRE LE SYMPTOME)
    • Loi des semblables (origine de la pensée homéopathique)

En naturopathie, il sera utilisé les tempéraments hippocratiques basés sur la définition des 4 humeurs proposés par Hypocrite (humeurs = liquides biologiques qui sont le sang, la bile, l’atrabile et pituite). Je ne vais pas développer le sujet dans cet article tant le sujet est vaste !

 

  • Aristote (384-322 av JC): père de la biologie scientifique, il se rallie à la pensée humoriste (= 4 humeurs) hippocratique et soutient des recherches en botanique.
  • Le monde latin:
  • Eristrate(310-250 av J-C): pour ce médecin, la maladie est due à la surabondance de sang appelée pléthore. Les maladies se déclarent par digestion incomplète de certaines substances alimentaires qui « encrassent » un organe. Il préconisera le jeûne, la purge, les bains de vapeurs, les saignées.
  • Galien (130-200 av J-C): Romain d’origine grecque, il s’inspire des travaux d’Hippocrate et d’Aristote.

 

  • Exemple de courant spirituel:

Les musulmans partent du principe que l’Homme est composé d’un corps et d’une âme. L’islam a accordé à chacun son importance et a exposé les maux dont ils pouvaient faire l’objet, ainsi que la manière de s’en protéger et de s’en défaire. En Islam la santé du corps est donc une nécessité fondamentale dans la vie des gens, c’est pourquoi le musulman est appelé à accorder de l’importance à sa propre santé mais aussi à la santé de la société toute entière. Les musulmans considèrent la maladie de deux types : « la maladie du cœur » et la « maladie du corps ».  La maladie dite du cœur concernera ce que le coran mentionne comme « la maladie des ambiguïtés et du doute » ainsi que « la maladie des désirs et du fourvoiement » ; En clair une bonne crise de  « foi » ! La médecine du corps se base elle sur trois règles :

–           La prévention de la santé

–           L’abstinence de toute chose nuisible

–           L’évacuation de toute chose nuisible

La médecine du corps est alors de deux types :

–           Celle qui ne requiert pas les soins d’un médecin, comme la manière de remédier à la faim, la soif, le froid, la fatigue, que l’on traite par leur opposé et ce qui les fera disparaitre.

–           Celle qui demande réflexion et méditation, comme le moyen de repousser les maladies qui déséquilibrent l’humeur.  Ces maladies sont, elles-mêmes, de deux types : l’une causée par l’ajout d’une substance dans l’organisme, l’autre par les conséquences de cette substance sur l’humeur après sa disparition. Mais qu’est-ce que les musulmans appellent « humeurs » ? Il faut savoir qu’à l’époque du prophète Mahomet la médecine est dominée par la théorie des humeurs qui fut l’une de la base de la médecine antique. En médecine, l’humeur désignait alors les liquides circulant dans l’organisme tels que le sang, la lymphe et la bile. Selon cette théorie, le corps est constitué des quatre éléments fondamentaux : air, feu, eau et terre possédant quatre qualités : chaud, froid, sec et humide. Tout déséquilibre mineur entraine des « sautes d’humeurs » et tout déséquilibre majeur menace la santé du sujet. La santé varie donc ici en fonction de l’équilibre des humeurs dans le corps. Lors d’un déséquilibre, quand une humeur l’emporte sur les autres, ou que son influence est excessive, les maladies psychiques et physiques surviennent. Les traitements sont donc calculés pour rétablir l’équilibre et des régimes pour le maintenir

Dans les écrits religieux, différents outils sont énoncés :

  • L’apithérapie (produits de la ruche : miel, propolis…)
  • La phytothérapie (plantes)
  • Le jeûne (Ramadan)
  • Les ventouses humides (=Hijama.) médecine ancestrale (pratiquée en Egypte) mais aussi en médecine traditionnelle chinoise. À chaud, elles se posent après avoir fait un vide relatif à l’intérieur du récipient de verre grâce à la flamme + scarifications
  • L’alimentation: Description de l’estomac comme étant un excipient : la plénitude de cet excipient est mauvaise pour l’homme. conseille de se « contenter de nourriture nécessaire aux besoins habituels ». Subdiviser le volume de l’estomac en trois classes tout en précisant que la quantité maximale de nourriture et de boisson que peut ingérer l’homme est l’équivalent de deux tiers de l’estomac, et que le tiers restant vide est nécessaire pour la respiration.

 

  • Médecine anthroposophique

Steiner (1861 – 1925) : médecin, philosophe et penseur social, qui a développé la médecine anthroposophique. La médecine anthroposophique est un « concept diagnostique et thérapeutique intégratif » qui allie la médecine scientifique et universitaire à l’anthroposophie. Son intérêt premier pour l’essence de l’homme et ses besoins psychiques et spirituels en fait une médecine centrée sur le patient et proche de la vie. Les médecins anthroposophes suivent la formation habituelle de  médecine générale ou de spécialité (allopathie) et la complètent par l’étude de la vision anthroposophique de l’homme et du monde. Une grande importance est accordée à l’information globale du patient sur son état et, dans la mesure du possible, à sa participation active au processus de guérison. La médecine anthroposophique prend en compte les bases scientifiques de la médecine d’aujourd’hui et propose d’en élargir le point de vue par une approche holistique de la totalité des réalités physiques, fonctionnelles, psychiques et spirituelles caractérisant l’être humain. On y considère que les niveaux d’organisations des règnes de la nature : minéral, végétal, animal se retrouvent en l’homme. Les anthroposophes conçoivent le corps physique suivant trois systèmes physiologiques qui sont constamment en relation dynamique les uns avec les autres :

  • Le système neurosensoriel est le principal agent des perceptions sensibles et des facultés de représentation. Il s’apparente à la pensée.
  • Le système métabolique (nutrition-digestion-assimilation-excrétion) constitue le fondement physiologique de la vie et permet l’action. Il s’apparente à la volonté.
  • Le système respiratoire-circulatoire (sang-cœur-poumons) fait le pont entre ces deux pôles et les maintient en équilibre. Il s’apparente aux sentiments.

 Pour la médecine anthroposophique, quatre niveaux fonctionnels doivent être reconnus dans l’être humain :

  • Le corps physique
  • Le corps éthérique (ensemble des forces vitales)
  • Le corps astral, « l’âme (sentiments et sensations) qui impose à l’organisme vivant l’empreinte d’une organisation nerveuse (sensibilité, locomotion, comportements) et d’une organisation respiratoire, s’étendant au métabolisme (gaz du sang par exemple) ».
  • le corps égotique, « la conscience de soi qui induirait des particularités physiologiques proprement humaines (verticalité, langage, thermorégulation circadienne, cycles menstruels …) ».

Dans cette conception, la bonne santé résulte de l’interaction harmonieuse de ces quatre éléments. La maladie est décrite comme une perturbation de leur interaction. Le diagnostic s’efforce par conséquent d’identifier la nature des déséquilibres entre ces quatre composants. La  capacité  d’autorégulation  de  l’organisme  est  le  fondement  de  la  médecine d’orientation anthroposophique. « L’autorégulation est le fait de pouvoir compenser des déséquilibres physiques et psychiques, surmonter des crises, savoir réagir de façon positive dans toute situation de l’existence à partir de ses propres ressources. Chacun étant, au départ, doté de capacités intérieures et extérieures différentes, la faculté d’autorégulation n’est ni générale ni généralisable. Elle transparaît dans les forces et faiblesses, différentes chez chaque individu, ainsi que dans la réponse non uniforme aux mesures thérapeutiques universellement valables ». Ce qui est bon pour l’un peut être nocif pour l’autre. C’est pourquoi, dans sa méthodologie, la recherche anthroposophique entend prendre en compte avant tout l’individualité, à côté des critères de type et de généralisation.

  • La naturopathie de nos jours

Avec son appellation récente, la naturopathie apparait comme nouvelle et « en vogue ». Bien au contraire ! C’est un véritable retour aux sources qui se base sur des préceptes ancestraux universels.

3.1) Les concepts fondamentaux

Malgré les différentes écoles, elles se rejoignent sur le fait que la naturopathie repose sur trois concepts fondamentaux

  • L’humorisme (abordé précédemment avec les humeurs d’Hippocrate). Il faut noter que les humeurs représentent environ 60% à 70% de notre poids corporel total, soit 42 à 49 litres pour un homme de 70Kg.
  • Le causalisme : il rattache une ou des causes à une pathologie. Rechercher la cause et non le symptôme.

Les causes envisageables de la maladie sont :

  • Humorales (surcharges ect…)
  • Toxiques alimentaires (pesticides, nitrate, additifs…)
  • Toxiques non alimentaires (amiantes, médicaments, métaux lourds…)
  • Carence en nutriment
  • Psycho affectif, émotionnel
  • Hérédité
  • Mécaniques et traumatiques
  • Infectieuses
  • Stress
  • Géo-météorologique (travail de nuit, décalage horaire, saisons…)
  • Le vitalisme: la vie est une force (principe autre que celui de l’âme et des phénomènes physico-chimiques). Toute cellule vivante tend à sa propre conservation. Les travaux de Carrel (chirurgien et biologiste français) et des biologistes modernes ont prouvé qu’il est possible d’immortaliser une culture de cellules vivantes en lui apportant les éléments nutritionnels et d’épurations réguliers, appropriés en fonction de ses besoins.

3.2) Les outils utilisés en naturopathie

      L’alimentation, la nutrition et l’utilisation de plantes seront la base de l’ensemble des naturopathes en France. Des formations et des écoles permettent d’utiliser des outils différents. Ainsi chaque naturopathe aura sa propre boite à outils afin d’accompagner au mieux la personne. Me concernant, je vous ferai part des méthodes que j’utilise en vous expliquant rapidement en quoi elles consistent :

  • Alimentation et diététique (CORRIGER LES SURCHERGES): Nous n’avons pas tous les mêmes besoins nutritionnels. En fonction de notre morphotype, de notre âge, de notre sexe, de notre activité physique, nous devons absorber plus ou moins d’énergie, de vitamines, de minéraux… Bébés, ados, hommes, femmes seniors et même sportifs, découvrez des conseils adaptés pour éviter les carences et manger santé. “Que l’aliment soit ton seul médicament”.
  • La nutrithérapie (CORRIGER LES CARENCES ET LES TROUBLES METABOLIQUES) : optimise les fonctions, prévient et traite les pathologies par : les techniques de changement du comportement alimentaire, le diagnostic et la correction des déficits nutritionnels, l’utilisation pharmacologique des aliments, vitamines, minéraux, acides gras, acides aminés.
  • L’oligothérapie (TRAITEMENT PONCTUEL ET DE TERRAIN): Administration de catalyseurs nécessaires en très faibles quantités au métabolisme du corps humain. L’objectif est de corriger un dysfonctionnement métabolique par le rétablissement de l’équilibre physiologique de la personne. Les catalyseurs, appelés oligo-éléments sont pour la plupart des ions métalliques ou métalloïdes.
  • La phytothérapie(DRAINER LES SURCHARCHES, AMELIORER LE SYMPTOME ET CORRIGER LE TERRAIN) : La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels.
  • L’aromathérapie (LUTTER CONTRE L’INFECTION, TROUBLES INFLAMMATOIRES et NEURO-DYSTONIQUES): L’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles). Cela la différencie de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante.
  • L’hydrothérapie(DRAINER ET REVITALISER): traitement basé sur une utilisation externe et interne de l’eau, peu importe le type (de mer, de source, minérale, ou même celle du robinet), sous sa forme liquide, mais aussi gazeuse, et à des températures variables.
  • L’iridologie et la morphotypologie: Deux techniques d’analyse permettant au praticien de mieux cibler vos besoins
  • L’iridologie s’appuie sur les motifs, les couleurs et autres caractéristiques de l’iris pour examiner des informations sur la santé de la personne.
  • La morphotypologie est une technique qui permet de repérer, d’étudier les signes locaux (visage, mains, langue, nez …) et généraux du corps (taille, envergure des membres …) afin de déterminer le morphotype de chaque individu avec ses qualités et défauts.
  • La réflexologie plantaire(REDISTRIBUER L’ENERGIE AU PLEXUS ET AUX ORGANES): thérapie manuelle pratiquée sur des zones réflexes représentant les organes et les différentes parties du corps humain. Cette méthode permet par une pression sur un point réflexe précis, de relancer le courant énergétique, de stimuler ou de détendre l’organe correspondant. La réflexologie part du principe que les deux pieds sont à l’image de tout notre corps. Chaque partie du pied est en étroite relation par l’intermédiaire du système nerveux avec les organes du corps. En effet, il existe plus de 7200 terminaisons nerveuses situées sur les deux pieds. Les organes sont alors traitables à distance par pression ou massage spécifique à un endroit précis du pied. ce sont des actions tonifiantes ou calmantes selon les besoins du corps et de chacun.
  • La réflexologie endonasale (ou sympathicothérapie) : Cette technique utilise des points réflexes, situés sur la muqueuse des fosses nasales, qui est tapissée de nombreuses terminaisons nerveuses du système sympathique, la reliant aux différents organes. En sympathicothérapie, la stimulation se fait en agissant sur les 3 cornets de chaque narine à l’aide de stylets. Elle équilibre et régule le système nerveux neurovégétatif (que nous ne maitrisons pas).
  • Le reiki : Le praticien canalise l’énergie universelle et la transmet en imposant ses mains sur différentes parties du corps de la personne. La transmission d’énergie peut même se faire à distance. L’énergie universelle possède par ailleurs son « intelligence propre », ce qui lui permet à la fois de se diriger exactement là où la personne en a besoin, et de ne causer aucun effet secondaire indésirable. L’énergie personnelle du praticien n’intervient jamais dans le processus.
  • Le Nursing Touch: Technique de toucher permettant d’établir ou de restaurer une forme de communication non verbale entre deux personnes. La douleur est variable d’un individu à l’autre, d’un jour à l’autre. Quel que soit son mécanisme déclencheur (somatique, neurologique ou psychologique) aucune mesure objective ne peut réellement la quantifier. Ceci justifie le besoin de comprendre la douleur de l’autre et de l’entendre (parfois dans son silence). Elle doit être recherchée; toutes les douleurs ne peuvent être supprimées mais il faut toutes les rendre supportables, tolérables, de sorte qu’elles ne prennent pas une place majeur sur la vie de la personne. Stimulant certains récepteurs de la peau (corpuscules de Merkel) le Nursing Touch induit un blocage de la douleur au sein de la moelle épinière, dans la voie lemniscale.  Il s’en suit une atténuation immédiate de la douleur (théorie du Gate Control). Expérimenté au cancérole de Toulouse, il a permis à de nombreux patients de mieux gérer la douleur et de diminuer les doses de morphine.

 

  • Ventouses sèches: Citées par Hippocrate dans « L’art de guérir », et utilisées aussi bien par les Chinois, les Grecs, les Indiens ou les Arabes, les ventouses ont, depuis des siècles, traité de nombreuses maladies. Les ventouses étaient, jusqu’au 20ème siècle, très répandues en Europe. Les ventouses régulent les flux de Qi et de Sang. Elles contribuent aussi à aspirer et éliminer des facteurs pathogènes externes (Vent, Froid, Humidité, Chaleur). Des blocages sont dissous, les douleurs diminuent, la circulation du sang s’améliore, les muscles se décontractent, la chaleur interne est réduite. Cette technique est efficace dans bon nombre de pathologies, qu’elles soient respiratoires, rhumatismales, arthrose, névralgie, sciatique, douleurs dorsales, dermatologiques, digestives, gynécologiques ou dans les cas de maux de tête et migraines à répétition. Les tendinites, les entorses, les crampes et la constipation…

 

 

Bonus ! Mais qu’en est-il de l’homéopathie ?

L’homéopathe a fait des études de médecine (c’est un médecin allopathe). L’homéopathie (concept créé en 1796 par un médecin allemand, Samuel Hahnemann) repose sur le principe de similitude : une substance toxique à haute dose peut, à doses infimes, soulager un malade. Comme l’allopathie classique, l’homéopathie se centrera sur les symptômes. La naturopathie et l’homéopathie sont donc deux approches bien distinctes.

L’homéopathie est particulièrement efficace pour les infections respiratoires à répétition, les maladies digestives banales et l’insuffisance veineuse…

Elle est aujourd’hui prescrite occasionnellement par 18000 médecins et 5000 généralistes qui en ont fait leur thérapeutique principale.

 

 

 

 

Sources :

Formation et supports pédagogiques de praticien en naturopathie du centre de formation IFSH (institut Français des sciences de l’Hommes)

Mémoire de fin de formation praticien en Naturopathie, Céline FAU


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search