La refonte du blog “HandiUAPV”

L’histoire de ce blog a commencé en 2017-2018 à Avignon université (anciennement Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse UAPV)

Ce blog parlé du handicap et de la santé des étudiants dans la vie intra et extra universitaire.

Voilà comment le titre du blog handiuapv est né.

Après 2 ans de travail sur le handicap à Avignon université, j’ai décidé en février 2020 de démissionner de mes fonctions de référent handicap et de président fondateur de l’association étudiante “Handispensable” à la suite d’un colloque international sur l’autisme.


J’ai décidé de garder le blog et d’organiser avec mon ami et collaborateur le Dr Confais une co-gérance de ce blog.


Ce blog rend visibles les invisibles, il sera alimenté par des témoignages, conseils, regards, et perceptions sur le handicap.


Ce blog est à destination des institutions, personnes en situation de handicap(s), familles ou tout personne ou lieu cherchant conseils et autres.


Ce blog est le vôtre ! Faites-en un lieu d’échange et de vie.

Le Trouble bipolaire

by Noémie HENAFF

AESH (Accompagnante d’élèves en situation d’Handicap)

Le cri du Horla

Je suis bipolaire depuis l’âge de dix-sept ans, c’est-à-dire que j’ai des troubles de l’humeur ,des épisodes d’intenses exaltations d’humeur (manie), et des épisodes d’abaissement anormal de l’humeur (dépression). Tous les troubles de l’humeur sont causés par des modifications de la chimie du cerveau. Mais ils ne sont pas dus à la personne qui en souffre. Ils ne sont pas non plus le résultat d’une personnalité faible ou instable.

J’ai vécu un épisode traumatisant qui peut arriver à chacun d’entre nous, dans différents moments de la vie. J’ai hérité de cette maladie : ma tante et ma grand-mère, du côté maternel, le sont et n’ont pas le même encadrement médical.

 Quant à moi, j’ai un suivi régulier : à l’heure d’aujourd’hui, toutes les semaines, j’ai des rendez-vous avec un entourage médical auquel je me suis acclimatée (infirmières, psychiatre,psychologue), qui m’aident constamment. Après huit années, ayant vécu cette maladie, et sachant qu’il me faudra y faire face toute ma vie, je connais mes difficultés. Notamment, j’ai une grande fatigabilité, autant psychiquement que physiquement.

J’ai vécu de nombreux échecs par rapport à mes études, en grande partie à cause de la maladie. Celle-ci m’impose un rythme et des contraintes. Je dois tous les soirs prendre mes médicaments de manière régulière et continue.

Heureusement, je suis entourée par ma famille. J’ai un travail, des occupations, des projets. Actuellement mon travail est de m’occuper d’enfants en situation d’handicap en milieu scolaire. Si je n’étais pas là à apporter mon aide, les enfants ne pourraient pas être scolarisés. Ainsi, je leur apporte autant qu’ils me donnent.

 J’essaye de positiver, tous les jours, malgré les difficultés rencontrées. Ce n’est pas toujours facile. J’ai la chance d’être soutenu par mon compagnon depuis un an.

Tennis de table et autres sports de raquette

Jordane LONARDI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

 

Ces deux sports mondialement connus ont leur équivalent handisport, et peuvent donc être pratiqués par des sportifs ayant un problème principalement moteur. Le tennis de table est entré dans les Jeux Paralympiques dès la première année où ils ont été instaurés, en 1960, et les athlètes y sont classés selon la nature et le degré de leur handicap, pour lequel le joueur doit fournir un dossier de testing ou bilan fonctionnel.

Il y a 11 catégories : de la catégorie 1 à 5, les joueurs sont en fauteuil roulant (sachant que la catégorie 1 désigne le handicap le plus lourd avec une affection sévère des bras et jambes). De la catégorie 6 à 10, les joueurs sont debout ; dans la catégorie 6, les joueurs ont un handicap lourd affectant l’équilibre, le bras tenant la raquette, etc. Plus l’on avance vers la catégorie 10, plus les troubles d’équilibre sont minimes, avec « seulement » une amputation partielle ou autre. La catégorie 11 concerne les handicapés mentaux.

Pour le tennis fauteuil, c’est différent : la pratique du fauteuil est obligatoire et le sport n’est divisé qu’en deux catégories. La catégorie « Quad » regroupe les joueurs en situation de handicap des membres supérieurs et qui nécessitent des aménagements particuliers, puis il y a le reste des athlètes. De plus, pour être admis en tant que joueur de tennis fauteuil en compétition, il faut que le handicap fonctionnel d’un ou des deux membres inférieurs soit reconnu de manière permanente. De plus, les joueurs de tennis fauteuil ne sont pas nécessairement tous des personnes utilisant un fauteuil pour leur vie quotidienne ; ils peuvent avoir recours à une canne ou autre et utilisent donc un fauteuil pour la pratique du sport. Le tennis fauteuil a fait son apparition en 1976 aux Etats-Unis et arrive ensuite en France en 1982 ; il devient un sport paralympique en 1992.

Les règles sont presque similaires mais quelques aménagements liés au fauteuil modifient le nombre de rebonds autorisés (par exemple, deux rebonds sont autorisés pour renvoyer la balle et le second peut se situer à l’extérieur du terrain). De même, le tennis de table handisport a seulement une règle modifiée : elle concerne le service pour personnes en fauteuil, même si bien moins d’handicapés en fauteuil le pratiquent.

La France a d’ailleurs un très bon niveau mondial dans cette discipline : elle se place à la troisième place derrière la Chine et l’Allemagne de l’Ouest en ayant 32 médailles d’or contre, respectivement, 46 et 41. Toutefois, elle se trouve en première place selon le nombre de médailles (or, argent et bronze confondus) : elle en a obtenu 118 en tout, derrière l’Allemagne de l’Ouest qui en a eu 95 en tout. Il y a divers clubs dans le pays pour s’entraîner et faire de la compétition dans ces domaines mais loin d’être très connus, ils manquent de sportifs.

 En 2014, trois jours handisport ont été organisés à Avignon (place de l’Horloge) permettant ainsi au public de s’essayer à plusieurs disciplines handisport comme le rugby, la gymnastique, le golf et bien sûr le tennis de table. C’est une occasion pour les associations sportives de recruter de nouveaux joueurs ; Jean-Marc Ternullo, président du club handisport Avignon, affirme que les handicapés se coupent eux-mêmes du sport. L’enjeu était donc de montrer que des événements sont mis en place pour eux mais également pour leur donner une certaine visibilité auprès du public. Concernant les universités, les manifestations handisport ne sont pas nombreuses mais l’université de Clermont Auvergne a mis en place en septembre 2018 deux créneaux horaires par semaine pour encourager des pratiquants de tennis fauteuil (venant de l’université ou non). Il n’y a aucune limite d’âge, ni de handicap puisque même des personnes sourdes et malentendantes peuvent y participer.

Petit bonus sur un athlète : l’égyptien Ibrahim al-Husseiny Hamato qui a perdu ses deux bras dans un accident de train à l‘âge de 10 ans joue au tennis de table en tenant la raquette dans sa bouche : il est devenu champion dans sa catégorie dont 2 fois médaillé d’argent aux compétitions de tennis de table handisport en Afrique.

Sources : sites internet handisport tennis et handisport tennis de table, articles régionaux sur des manifestations sportives organisées dans le but de handisport.

La handi-natation et autres sports aquatiques

By  Chirine SEDFI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

  La natation handisport est un dérivé de la natation qui s’adresse aux nageurs souffrant d’un handicap sensoriel ou moteur. Elle peut se pratiquer en loisir, en rééducation mais aussi à un haut niveau. La discipline est devenue un sport paralympique officiel en 1960 suite à l’organisation des premiers Jeux Paralympiques à Rome. Découvrez comment fonctionne la natation handisport : son règlement, son système de classement et ses compétitions officielles. La pratique est accessible à tous (handicap physiques et sensoriels). L’approche pédagogique proposée par la Fédération Handisport permet dans un premier temps aux licenciés d’apprendre à nager dans un objectif d’autonomie. La natation handisport fait également partie du Conseil inter fédéral des activités Aquatiques (CIAA) du CNOSF qui a mis en place les tests de l’École de Natation Française (ENF) : le Sauv’Nage et le Pass’port de l’eau, constituant une démarche pédagogique incontournable pour tout public débutant.

 

Les compétitions

Pour que l’ensemble des compétiteurs soient sur un pied d’égalité au départ de chaque course un système de « Classification » propre  la natation regroupe toutes les familles de handicaps. Son principe est d’évaluer le potentiel physique de chaque compétiteur afin de leur permettre de n’être classé que sur leur seule valeur sportive. Le système utilisé est en constante adaptation pour être le plus efficient possible et peut être modifié dans les deux ans qui suivent les Jeux Paralympiques.

 

  • HANDICAPS PHYSIQUES
  • Il existe 10 classes “S” (Swimming : S1 à S10) pour les nages papillon, dos et crawl (qui privilégient la puissance des membres supérieurs)
  • Une classification spécifique en SB (SB1 à SB9) pour la brasse
  • Une classification SM (SM1 à SM10) pour les épreuves multi-nages.

 

  • DEFICIENTS VISUELS
  • Il existe 3 classes « S », (S11 à S13) pour les nages papillon, dos et crawl,
  • Une classification spécifique « SB » (SB11 à SB13) pour la brasse,
  • Une classification « SM » (SM 11 à SM 13) pour les épreuves multi-nages.

 

  • DEFICIENTS AUDITIFS
  • Il existe 1 classe « S », (S15) pour les nages papillon, dos et crawl,
  • Une classification spécifique « SB » (SB15) pour la brasse,
  • Une classification « SM » (SM 15) pour les épreuves multi-nages.

 

 

Source : Site de la Fédération française Handisport

http://www.handisport.org/les-29-sports/natation/

Basket-ball et autres sports d’équipe

Nabil JEAIDI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

Souvent vu et désigné comme le sport de géant par excellence ou des colosses dépassant fréquemment les 2 mètres qui règnent sur le parquet, le basket séduit pourtant les personnes de tous horizons.  En effet, étant un sport très apprécié, il est pratiqué partout en France par les petits, les plus grands ou encore les personnes porteuses d’un handicap.

A l’université, la pratique de ce sport n’y échappe pas et des progrès sont réalisés chaque jour pour permettre aux étudiants atteints d’un handicap de pouvoir jouer également.

Le nombre d’étudiants porteurs d’handicaps  dans les universités s’élève à plus de 15 900 en France. De la Dystonie (troubles moteurs) à la cécité en passant par la paralysie, c’est autant de contraintes que doivent supporter les étudiants dans leurs vies de tous les jours et notamment sur les terrains de basket. Ces maux, que portent au quotidien ces jeunes, les conduisent la plupart du temps à abandonner leurs activités sportives par manque d’équipement et d’organisation des universités et ce, malgré que cela soit pour certains une réelle passion.

Des mesures ont été prises pour faciliter l’intégration sportive des étudiants atteint d’un handicap notamment au niveau juridique avec la loi de 2005 donnant un cadre pour leur accueil. Cependant, certaines universités vont bien au-delà de ça, c’est le cas de l’université de Toulouse.

En effet, l’université Toulouse III  a investi dans des équipements de hautes qualités tels que des balles sonores (afin que les personnes à visibilité réduite puissent savoir où se trouve la balle) ou encore des fauteuils roulants sportifs idéals pour la pratique du Basket pour les personnes à mobilité réduite.

L’université de Cergy-Pontoise organise quant à elle depuis 2013 des tournois de Basket Fauteuil entre personnes handicapés ou non afin de sensibiliser les étudiants sur le handicap à l’université d’une part, et d’autre part permettre aux personnes porteuses d’handicaps de s’amuser librement et à égal avec leurs camarades.

A l’université d’Avignon a lieu l’évènement :

  • La journée nationale du sport et du handicap ( autour du 2 Avril)

Sources :

https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/handicap-l-universite-toulouse-3-fait-ecole.html

https://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/7/EESR7_ES_23-les_etudiants_handicapes_dans_l_enseignement_superieur.php

https://www.u-cergy.fr/fr/vie-etudiante/mission-handicap/des-actions-handi-sensibilisees/du-handisport-a-l-universite.html

Les allergies alimentaires

Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

Selon les recherches et ouvrages du Docteur TREBUCHON Florence, médecin allergologue (a fondé l’Ecole de  l’asthme au service des maladies respiratoires/ hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier)

On n’est jamais allergique à un aliment dans sa totalité mais à d’infimes substances qu’il contient : ainsi les allergènes alimentaires sont des protéines contenues dans les aliments. Les manifestations les plus fréquentes de l’allergie alimentaire sont immédiates : urticaire, gonflement, œdème de Quincke, crise d’Asthme (pouvant survenir au dehors de toute maladie asthmatique déclarée), vomissements, et choc anaphylactique. L’allergie expose à des réactions plus graves car, ayant été ingéré, l’allergène responsable va passer dans la circulation sanguine et rencontrer les IgE spécifique dans différents organes : peau, bronches ect (IgE =  L’immunoglobuline E. C’est une classe d’anticorps présente uniquement chez les mammifères). Si la réaction se généralise au système vasculaire, c’est le choc anaphylactique : chute de tension, malaise.

Quelle est la différence entre intolérance alimentaire et allergie alimentaire ?

L’intolérance alimentaire traduit la difficulté pour le tube digestif d’assimiler un aliment. Il ne s’agit pas d’une réaction allergique :

  • La plus connue est la maladie cœliaque (intolérance au gluten). Cette maladie entraine des douleurs abdominales, des diarrhées chroniques, une importante perte de poids.
  • La plus fréquente est l’intolérance au lactose, le sucre du lait.

En cas d’intolérance à un aliment, la suppression de ce dernier fera disparaitre tous les inconforts digestifs.

Dans l’allergie alimentaire, contrairement à l’intolérance, ce n’est pas le système digestif qui est en cause mais le système immunitaire.

A la différence de l’allergie, l’intolérance alimentaire n’expose pas à un risque de réaction brutale et sévère.

Symptômes des allergies alimentaires :

L’allergie alimentaire se traduit essentiellement par des réactions rapides après l’ingestion de l’aliment :

  • Gonflements, démangeaisons: urticaire, gonflement des lèvres et des yeux, difficultés respiratoires (réactions immédiates, jusqu’à 3 ou 4 h après). Si ces symptômes apparaissent au lever, ce n’est pas une allergie alimentaire. Contrairement à une idée reçue, la majorité des urticaires ne sont pas d’origine allergique.

L’urticaire d’origine histaminique : ingestion d’aliments riches en histamine est à l’origine de la poussée d’urticaire :

  • boissons alcoolisées fermentées ou distillées comme la bière, vin, vin de noix, liqueur de noisette
  • Charcuterie : saucisson sec, jambon et toute charcuterie emballée
  • Chocolat et cacao
  • Fromages fermentés : camembert, cheddar, emmental, gouda, parmesan, roquefort 
  • Fruits frais, jus : agrumes, bananes, fraises
  • Fruits secs : Noix, noisettes, cacahuètes, pralinés, glaces, biscuits, céréales
  • Légumes: épinards, tomates, petits pois, choux, choucroute
  • Œufs : blanc d’œuf
  • Poissions, coquillages, crustacés : thon, sardine, saumon, anchois, maquereaux, crustacés.
  • Troubles digestifs : manifestation très rare de l’allergie alimentaire.
  • Allergie alimentaire et effort physique : dans de rare cas, c’est la pratique d’un effort physique associée à la prise d’un aliment qui va conduire à une réaction allergique. C’est ce qu’on appelle « l‘ anaphylaxie à l’effort ». Au moment de l’effort, le tube digestif filtre moins bien les aliments. Ils passent alors en plus grande quantité dans la circulation sanguine et provoquent des réactions allergiques qui peuvent être très sévères, alors qu’au repos ils sont filtrés normalement et tolérés par l’organisme. La farine de blé est le plus souvent mise en cause dans ce type de réaction.

 

Quels sont les aliments le plus souvent impliqués dans les réactions allergiques :

  • Chez l’enfant : Lait, œuf, arachides et autres fruits à coque, moutarde, farine de blé, poisson, kiwi.
  • Chez l’adulte : Céleri, carotte, pomme, poire, pêche, crevette et fruits exotiques.

 

Les allergies croisées :

On peut être allergique à plusieurs aliments différents sans comprendre le lien qui existe entre les aliments : par exemple pomme + céleri ou ananas + avocat. De la même manière, on peut être allergique à un pollen et à un aliment : bouleau + pomme ou cyprès + pêche. Ce sont des allergies croisées ! Il existe en effet des similitudes entre des allergènes de familles différentes. L’allergène du pollen de bouleau, par exemple, a une structure très proche de l’allergène de la pomme. Les IgE spécifiques du bouleau, en croisant dans l’organisme l’allergène de la pomme, peuvent se tromper et croient reconnaitre le bouleau. La réaction allergique et déclenchée. Mais l’allergie croisée n’est pas systématique, il est inutile d’éliminer des aliments que l’on tolère même s’ils peuvent croiser avec voter allergie principale.

Pneumallergènes

Aliments

Acariens

Crevette, crabe, homard, langouste, escargot

Bouleau

Abricot, cerise, pêche, poire, pomme, fraise, framboise, coing, kiwi, noisette, tomate, pomme de terre, céleri, carotte, fenouil

Armoise

Cèleri, carotte, persil, moutarde, coriandre, fenouil, poivre, anis, cumin, curry, piment, graine de tournesol

Ambroise

Melon, pastèque, concombre, banane

Pariétaire

Pistache

Pin

Pignon de pin

Graminées

Tomate, cacahuète

Phanère de chat

Porc

Plumes d’oiseau

Œuf

 

Les allergies alimentaires guérissent elles ?

Selon le docteur TREBUCHON, les allergies au lait et à l’œuf guérissent le plus souvent. L’allergie au lait a disparu dans la majorité des cas à l’âge de 1 an et celle à l’œuf avant l’âge de 3 ans. L’allergie à l’arachide disparait dans 20% des cas. On constate aussi des guérisons concernant les autres fruits à coques, la moutarde, la farine de blé et autres sources de gluten*. Pour le poisson, les fruits de mer, les légumes et les fruits, l’évolution est rarement favorable.  Plus une allergie alimentaire se déclare tôt dans la vie, plus il y a de chance qu’elle disparaisse avec le temps.  Les allergies alimentaires qui débutent à l’âge adulte sont souvent définitives. 

*Sources de gluten : blé, seigle, orge, avoine, épeautre, kamut.

Les 14 allergènes alimentaires à étiquetage obligatoires : œuf, lait, gluten, poisson, arachide, soja, fruits à coques, crustacés, mollusques, céleri, moutarde, sésame, lupin, sulfites.

Le diabéte : Maladie de civilisation

Aurélie  QUERELLE (Naturopathe – Thanatopractrice) (nb : nous ne parlerons ici que du diabète sucré)

Maladie silencieuse engendrée par notre société moderne, il est en totale expansion depuis les dernières décennies et nombre d’entre nous en souffrons ou connaissons dans notre entourage des personnes touchées.

Mais qu’est-il exactement, que ce passe-t-il dans le corps ? un peu de lumière sur une maladie que l’on peut parfois avoir du mal à comprendre et où il est facile de s’emmêler les pinceaux.

 

Pour commencer quelques définitions de base….

 

Pancréas :

Glande annexe au tube digestif à la fois exocrine et endocrine, produisant d’une part un suc pancréatique riche en bicarbonates et en enzymes participant à la digestion et d’autres part des hormones telles que l’insuline, le glucagon etc… qui seront déversées dans le sang. 99% du pancréas est exocrine

Les îlots de Langherans :

Représentent 1% du pancréas, petits amas de cellules endocrines, ils sont responsables de la diffusion des hormones dans le sang

Insuline :

Hormone protéique produite par les cellules Beta des îlots de Langherans, elle favorise la rentrée du glucose du sang vers les cellules pour produire de l’énergie. Fait intéressant, elle fut utilisée en 1923 et 1930 pour faire grossir les patients en sous-poids.

Néoglucogénèse :

La néoglucogenèse est la formation de glucose à partir de précurseurs non glucidiques au niveau hépatique. Elle permet de stabiliser la glycémie en cas de jeûne ou d’exercice physique par exemple.

Index glycémique :

L’indice glycémique d’un aliment est donné par rapport à un aliment de référence, auquel on attribue l’indice 100 (généralement du glucose pur ou du pain blanc). Plus il est élevé (il peut être supérieur à 100), plus le pouvoir glycémiant de l’aliment est important.

 

QU’EST-CE QUE LE DIABETE ?

 

Le diabète est un problème dans la gestion de la glycémie.

Il y a difficulté à faire entrer le glucose à l’intérieur des cellules. Celui-ci qui circule dans le sang, monte et reste anormalement haut, c’est ce que l’on appelle une hyperglycémie.

Cette dernière peut résulter d’un défaut au niveau de la sécrétion d’insuline et/ou d’un défaut de l’action au niveau de l’insuline sur les cellules cible.

On parle de prédiabète quand la glycémie à jeun se situe entre 1,1 et 1,26 g et de diabète quand celle-ci est supérieure à 1,26 g/l à deux reprises.

 

Les deux types de diabètes principaux :

 

  • DIABETE TYPE 1

 

Il survient généralement chez les enfants ou adolescents avant l’âge de 20 ans et ne concerne qu’environ 6% des cas.

C’est une maladie auto-immune détruisant les cellules Beta se trouvant dans les îlots de Langherans. Le pancréas n’arrive plus à produire d’insuline (d’où une tendance à l’acidocétose-augmentation de l’acidité du sang par accumulation de corps cétoniques).

LA REPONSE ALLOPATHIQUE :

Elle repose sur l’insulinothérapie, seul moyen de combler la carence insulinique.

LA REPONSE NATUROPATHIQUE :

Il a été démontré que dans ce cas-ci, qu’un régime alimentaire à forte tendance végétalienne et sans gluten améliorait de façon conséquente la sensibilité à l’insuline et de fait réduisait la quantité d’insuline apportée en sus.

 

  • DIABETE TYPE 2

 

Il touche 1 personne sur 4 à partir de 40 ans.

Il a comme origine la résistance des cellules de l’organisme (musculaires, foie) à l’action de l’insuline. Cette résistance s’accompagne d’un défaut progressif de la sécrétion d’insuline par les cellules Beta.

Elle va progressivement se renforcer dans le temps et donner lieu à une hyperinsulinémie chronique qui précède l’hyperglycémie diabétique sur une durée de 10 à 20 ans.

Apparaît alors l’insulinodéficience causée par l’épuisement du pancréas.

L’accumulation d’acides gras dans les tissus non fait pour le recevoir emprisonne le glucose dans le sang et le pancréas fabrique de plus en plus d’insuline jusqu’à épuisement.

Donc parler de diabète c’est surtout parler d’insulinorésistance.

 

 

L’insulinorésistance :

Elle est la cause de toutes les maladies métaboliques ( diabète, obésité etc..) et notamment les maladies du cœur.

Nous disions donc plus haut que l’insulinorésistance résulte d’une trop grande libération           d’acides gras. Du fait de se retrouver en haute quantité ils vont favoriser la production hépatique de lipoprotéines riches en  triglycérides et donc stimuler la néoglucogénèse et la glycogénolyse, ce qui en rajout par le peu d’utilisation du glucose sanguin va élever la glycémie.

Paradoxe, plus haute est la dose d’insuline, plus l’insulinorésistance se développe, c’est une relation directe. Même si le niveau de glucose s’améliore, le diabète sera pire. L’insuline cause l’insulinorésistance et plus l’on a d’insuline plus il est difficile d’enlever les acides gras de cellules.

Les risques :

Les risques de cette hyperinsulémie sont en plus du diabète, l’obésité, l’athérosclérose, l’hypertension, plaies et défauts de cicatrisation, cataracte, neuropathie périphérique, néphropathie, AVC..etc… le diabète est en fait une maladie qui en cache beaucoup d’autres…

Les symptômes :

Soif intense, miction fréquente, fatigue, somnolence, irritabilité, apathie, vision trouble, infection génitale fréquente, maux de tête, difficultés de concentration, confusion…

 

LA REPONSE ALLOPATHIQUE :

Dans un premier temps c’est un régime spécifique qui est conseillé, là deux écoles s’opposent, l’une pro hydrates de carbone et l’autre au contraire préconise un régime bas en hydrates de carbone. Hors, si le régime faible en carbohydrates est efficace les 3/6 premiers mois, on se rend compte sur le long terme qu’il augmente le risque de maladies chroniques, problèmes de cœur, d’inflammation etc…nous verrons plus tard que ce n’est pas aussi simpliste qu’il y parait.

Dans le même temps une reprise de l’exercice physique.

En cas d’inefficacité du régime seul et en l’absence de contre-indications, la metformine est le traitement de choix en 1 ère intention. Des associations médicamenteuses sont réalisées en cas d’échec et un recours à l’insulinothérapie est envisagé en dernière instance. L’objectif étant de normaliser la glycémie par des anti-diabétiques ou des molécules augmentant l’action ou la sécrétion de l’insuline ( glicazide, metformine, répaglinide….)

 

LES FACTEURS DE DIABETE

Les facteurs de diabète ou aggravant de celui-ci sont pour commencer les sucres et graisses saturés, transformés et industriels. La mal bouffe est une des causes majeures des maladies dites de civilisation. Plus vous mangez industriel et transformé plus vous augmentez vos chances d’avoir une pathologie grave. Plats cuisinés, conserves, gâteaux, bonbons, restauration rapide…. Autant de choses qui si elles restent une exception passent, devraient les trois quart du temps être bannies de nos assiettes.

  • La sédentarité reste aussi un facteur prépondé L’exercice physique est INDISPENSABLE. Une étude Néozélandaise a d’ailleurs prouvé que 10 mn de marche après le repas faisait baisser considérablement la glycémie postprandiale. Les personnes pratiquant une activé physique régulière retrouvent une sensibilité à l’insuline et donc baisse leur diabète.

 

  • Le surpoids, s’il n’est pas un facteur à 100% aggrave lui aussi le diabète et notamment la graisse abdominale. Cette graisse qui s’accumule autour des viscères est plus dynamique que celle du tissu sous-cutané, elle relargue constamment un flux d’acides gras libres qui vont se transformer en triglycérides au niveau du foie.

 

 

  • Le stress. Facteur d’inflammation, le stress, l’insomnie, le déficit en magnésium sont aussi cause de surpoids et de résistance à l’insuline.

 

  • Le sel. L’absorption du glucose ne se fait au niveau de l’intestin qu’avec une présence de sodium, donc si on fait attention aux sucres cachés dans les produits alimentaires, on fait aussi attention au sel.

 

 

  • Les viandes. En plus d’être acidifiantes, l’excès de fer accélère la dégénérescence des cellules pancréatiques responsables de la production d’insuline et donc favorisent l’évolution du diabè

 

LA REPONSE NATUROPATHIQUE

Tout d’abord, en naturopathie l’importance du bon état de notre barrière intestinale et de son microbiote est primordiale. Vous voulez améliorer votre santé ? Dans tous les cas il faudra d’abord s’occuper de ce côté-là. Petite note, on remarque aussi que les patients en surpoids ont une flore intestinale amoindrie….Bien sur l’activité physique, la marche en nature participent au rétablissement du bon fonctionnement du corps, à abaisser le niveau de stress et à la désacidification de l’organisme. Alors sortez, bougez, respirez !

  • Un apport vitaminique correct, vitamines B6, B9, C, E, A…des anti-oxydants, et ne nous faisons pas d’illusions, le meilleur apport est dans des aliments de qualité. Même le meilleur des cuisiniers vous le diras, la grosse différence est dans la qualité du produit et le soin de la cuisson, alors mangez bio et sain.
  • Un apport en minéraux, calcium, magnésium, sélénium
  • Des Oméga 3! Indispensables au bon développement et à la maturation du système nerveux central. Ils ont une action hypotensive, amènent une diminution de la vulnérabilité à l’arythmie, anti agrégeant plaquettaires, hypotriglyceridemiants … oléagineux, poissons gras, huile de colza, huile de lin.. Ce n’est pas le gras en lui-même qui est mauvais, ce sont les acides-gras saturés et trans. Choisissez les bonnes huiles (bio, pression à froid, bouteille en verre) le gras c’est la vie !
  • Les fibres végétales, elles créent un magma alimentaire et réduisent l’absorption des glucides, retardent l’augmentation de la glycémie post-prandiale et étalent la réponse insulinique, l’indice glycémique du bol alimentaire s’en trouve abaissé. Foncez sur les fruits ( oui oui les fruits vous avez bien lu) et les légumes frais ( et bio, mais est-ce que c’est la peine de le redire … ? )
  • Calmez le gluten, le lait (surtout de vache) et la viande ( rouge, blanche, charcuterie, même combat). Le gluten et les produits laitiers produisent des colles qui fragilisent une barrière intestinale déjà
  • Privilégiez les cuissons douces, à la vapeur les légumes ont plus de goût et c’est une cuisson rapide. Vous trouvez encore que c’est un peu fade ? jouez avec les épices, les herbes ( pas celles qui font rire merci ), soyez inventifs et lâchez vos vieilles idées préconçues !
  • Plus que faire attention à avoir un index glycémique bas sur les repas , regarder la CHARGE GLYCEMIQUE… » Tandis que l’index glycémique ne donne que la mesure de la qualité des glucides, la charge glycémique considère également la quantité réelle de ces glucides dans une portion normale. Elle tient aussi compte de l’effet « antiglycémiant » des fibres alimentaires des aliments. » On base donc ses repas sur une charge glycémique basse afin de réguler son énergie sur la journé

Le jeûne :

Une étude américaine a montré que le jeûne favorise la croissance de nouvelles cellules pancréatiques, des cycles de jeûne réguliers activeraient des gènes qui déclencheraient la production d’une protéine (Ngn3) générant de nouvelles cellules Beta. Le jeûne intermittent améliore la fonction pancréatique et réduit les dépôts des triglycérides. En changeant l’apport calorique, on change le niveau de graisse dans le foie, le pancréas et l’insuline revient à la normale. (Étude de Ray Taylor)

Pour terminer, le diabète de type 2 n’est pas une fatalité, en ayant la volonté de changer ses habitudes et son hygiène de vie on progresse et on peut s’en sortir. Mais surtout n’hésitez pas à vous faire accompagner, ne vous amusez pas avec votre santé en vous supplémentant n’importe comment ou en faisant une diète sèche parce que vous avez vu une vidéo « you tube » qui vous dit que c’est génial.

Un jeûne ça se prépare (et pas n’importe comment), une supplémentation peut être délicate suivant les conditions, vous êtes unique et vos problèmes aussi (et ouuuuiiiii….) et c’est à ça que sert un praticien de santé, il saura s’adapter à vos besoins et vous conseiller en fonction.

Et prenez en considération que tout rapport avec la nourriture est du niveau de l’affect. S’occuper du corps c’est bien, mais pensez aussi à la dimension émotionnelle, que représente cette pathologie pour vous ? Nous ne sommes pas qu’un physique, nous sommes aussi des individus émotionnels, autant de pistes à explorer…

 

La Handi-danse et autres sports artistiques

Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

Dans l’esprit de beaucoup de personnes, danse et handicap sont des termes antinomiques. Le handicap, généralement associé à sa conception médicale, renvoie à l’idée de manque, d’incapacité ou de déficience motrice, sensorielle ou mentale. Il apparaît donc pour une grande majorité de personnes en complète opposition avec la pratique de la danse à laquelle on accole inconsciemment les images de corps magnifiés, d’exigences formelles et de capacités physiques hors du commun véhiculées par l’imaginaire de la danse classique.
Avec un handicap, le corps apparaît en difficulté par les défauts de sa motricité et/ou ses difficultés cognitives à se situer dans l’espace et le temps, pour la personne qui le subit comme pour celles qui y sont confrontées de l’extérieur. Pourtant la danse dite «intégrée» est devenue une pratique pionnière de la mixité des corps et nous prouve que fragilité n’est pas faiblesse.

Initiative de la compagnie de « Danse avec les roues »

Selon l’article « Le corps, la danse, le handicap… » d’Isabelle Brunaud, danseuse contemporaine, chorégraphe de la compagnie Danse avec les Roues (Revue VST – Vie sociale et traitements)

Isabelle Brunaud anime depuis plusieurs années des ateliers de danse pour des personnes ayant un handicap physique et/ou sensoriel. Selon elle, ces participants ayant des corps différents, liés à diverses pathologies (Infirmité motrice cérébrale, accident, poliomyélite, myopathies, maladies orphelines…), utilisant ou non le fauteuil roulant, pouvaient développer leur propre gestuelle, sans vocabulaire préétabli, dans une forme et une énergie ayant pour modèle le corps d’un valide. Les corps de la majeure partie d’entre eux avaient l’habitude d’être manipulés par ceux qui les accompagnent dans la vie quotidienne. Certains la voyaient comme une infirmière qui pouvait les débarrasser de leurs tensions. Elle nous donne l’exemple d’un jeune homme atteint d’hémiplégie dans sa difficulté à investir, à imaginer différemment son corps, qu’il lui a confié « vivre comme un sac vide ».  Cette réappropriation du corps peut provoquer des réactions de peur, mais aussi de violence. En effet une jeune fille épileptique inscrite également dans cet atelier  la replongeait dans des crises nombreuses dans l’atelier. Il fallut cependant lui enjoindre d’aller consulter en dehors pour pouvoir continuer la danse. Elle eut le courage d’entreprendre un travail psychothérapeutique, les crises cessèrent immédiatement. Ce qui frappait Isabelle Brunaud chez la plupart des personnes en fauteuil roulant, c’est qu’elles ne pouvaient pas vraiment modifier leur position dans la journée. Leur champ de vision étant restreint, leurs yeux sont toujours sur le même plan horizontal et ils ne changent pas de niveau.

Prenant en compte toutes ces données et ces différents types d’handicaps, Isabelle Brunaud explique chercher ce qui pouvait leur être commun dans le mouvement et leur permettre de danser ensemble valides et non valides de manière égalitaire, équitable : ce fut la « force de gravité ». En effet, leurs corps étant soumis à la pesanteur, sur terre, leur principale composante en est la force de gravité. Elle a un effet plus important chez les personnes dont la moelle épinière est lésée : certains de leurs muscles ne peuvent s’opposer à cette force. En revanche, il est possible d’y répondre avec d’autres muscles, de s’y abandonner pour rejaillir, d’apprendre où se situent son centre de gravité et celui de son partenaire, et comment cela se déplace, avec ou sans fauteuil… Isabelle Brunaud découvre alors la danse contact improvisation.

Focus sur la danse orientale : une expérience personnelle

Ses origines remontent aux cultures ancestrales. La danse et la musique jouaient un rôle important dans la vie quotidienne. Il existait une croyance selon laquelle la femme possédait un pouvoir magique : celui de concevoir la vie. Ainsi, traditionnellement la danse orientale était exécutée par les femmes lors de rites de fertilité, associés à la fois à la religion et à l’ésotérisme. Les femmes faisaient tournoyer leur corps et onduler leur ventre afin d’acquérir les faveurs de la déesse de l’amour et de la fécondité, symbolisant ainsi les mouvements de la conception et de l’enfantement. Cette danse permet aux femmes de renouer avec leur féminité et d’apprivoiser leur corps. Retrouver estime, confiance et sensualité au-delà des dictats que la mode impose aux femmes, aux corps et à nos différences.

Passionnée de danse orientale j’ai pu me découvrir et assumer mon corps à travers cette discipline. Ma silhouette ne correspondant pas aux normes de beauté occidentales actuelles, j’ai appris néanmoins à mettre en scène et en valeur ce corps tout aussi beau (La grosso phobie prend de plus en plus d’ampleur ces derniers temps).  La danse m’a également accompagnée et fut un pilier essentiel face à la maladie. En effet, j’ai développé une maladie chronique et dégénérative. Des inflammations de l’ensemble de mon squelette, de mes muscles et de mes tendons m’empêchaient même sur les premières crises de m’habiller toute seule ;  marcher 50 mètres m’était plus que pénible.  A terme, les vertèbres sont vouées à se  souder entre elles et de nombreuses cécités, que je vous épargnerais, se rajoutent à la liste. Mais tous les jours je mettais ma musique et j’essayais d’être dans le mouvement… une fois la rotation du bassin, une fois l’ondulation de mon bras… où paradoxalement je réalisais des mouvements impossibles dans la vie quotidienne. La danseuse orientale doit savoir être douce et dynamique à la fois. J’ai donc repris mes mouvements avec beaucoup de douceur pour éviter de me blesser. A ce jour, ma technique est toujours limitée mais je la contourne pour en faire ma force. Par exemple, si mes cervicales sont bloquées, je danse avec le chandelier sur ma tête (photo en haut à gauche). C’est en effet un accessoire ancestral de cette discipline qui demande à la danseuse de bloquer au maximum ses cervicales et de limiter l’amplitude de ses mouvements. D’autre part, si mes membres inférieurs sont enflammés alors je réalise plutôt des danses folkloriques (photo en haut à droite) que du Sharqui (danse classique égyptienne / Photo en bas à droite) car cette dernière demande plus d’équilibre et de tenue en demi pointe (ce qui est impossible en tant de « crise »). Avec un changement de mode vie (naturopathie) et une pratique de la danse constante, les douleurs se calment peu à peu, mois après mois, année après année. J’adapte les mouvements, j’écoute mon corps (technique limitée)… mais cette pratique quotidienne permet de garder une souplesse de la colonne vertébrale, enjeu majeur de cette maladie chronique.  Ma collaboratrice, mon amie (mon professeur de danse) Laïla LECLERC propose d’ailleurs en région Toulousaine (Association Ateliers et danse d’orient) de la danse thérapie pour accompagner au mieux les personnes avec des problématiques physiques et/ou psychologiques (photo duo en haut à droite) à travers la danse orientale. De mon côté, je compte reprendre très prochainement l’enseignement de cette discipline et transmettre à nouveau cet art qui a repoussé les limites de la pathologie pour en ressortir plus forte et grandie

 

La fédération française du Handisport

By Chirine SEDFI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

«Selon l’OCIRP, 12 millions de personnes sont touchées par un handicap en France.1,5 million sont atteintes d’une déficience visuelle et 850 000 ont une mobilité réduite.

La Fédération française handisport (FFH) est une association de la loi 1901 chargée d’organiser, de promouvoir, de développer les activités physiques et sportives de compétition ou de loisir pour les personnes présentant une déficience motrice ou visuelle ou auditive. Elle est agréée par le Ministère des sports et a été reconnue d’utilité publique le 17 juin 1983.

La Fédération Française Handisport est une Association Reconnue d’Utilité Publique. La FDH est un membre du Comité Paralympique et Sportif Français et également un membre du Comité National Olympique et Sportif Français et du Comité International Paralympique.

La fédération du handisport est présente pour aider les étudiantes et les étudiants en situation de handicap pour leur permettre la réussite dans leurs études. Ainsi l’association pourra mettre en place des projets, d’accompagnement et de formation.

Cette fédération organise des événements, des conférences, des ateliers ou toutes autres actions citoyennes et de manifestations de la santé et du handicap.

La FDH propose des activités sportives adaptées à toute personne présentant un handicap physique ou sensoriel.

À Avignon même, on retrouve 3 clubs enregistrés à la fédération française de le handisport: l’AVH Avignon, le Club Sportifs des Sourds du Grand Avignon et la Compagnie d’Arc de Vedène.

L’athlétisme handisport

Dao TRAORE  (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

L’athlétisme handisport est un sport dérivé de l’athlétisme et compte parmi les plus vieux handisports. Il  respecte les règles établies par l‘Association internationale des fédérations d’athlétisme qui sont adaptées pour tenir compte du handicap des sportifs. Les athlètes handisports réalisent donc de la même manière que n’importe quel athlète des épreuves de sauts, de courses, de lancer, le pentathlon ou encore le marathon. Seulement ceux-ci dans certains cas bénéficient d’adaptations qui sont nécessaires pour leurs permettre l’accès à ce sport. (Prothèses, fauteuils roulants, variation du poids des engins de lancer, etc).

Il existe deux types de pratique de l’athlétisme Handisport :

  • La pratique debout qui concerne tous les sportifs en capacité de courir debout (pouvant nécessiter l’usage de prothèses).
  • La pratique en fauteuil pour toutes les personnes qui, en raison de leur déficience physique, ne peuvent courir debout.

Selon leur handicap, les athlètes sont classés parmi 5 catégories désignées par une lettre et deux chiffres. Il existe deux lettres principales :

  • Le “T” qui désigne les coureurs (le “T” de Track, “piste” en anglais)
  • le “F” pour les lancers et les sauts (le “F” de Field, “terrain” en anglais)

Les chiffres sont quant à eux en fonction du handicap. Le premier est pour le handicap, le second pour la gravité. Plus celui-ci est bas, plus grave est le handicap.

Par exemple un athlète  nommé “T 11” serait un coureur non voyant. 

 

Le handi et le sport à l’université

Guillaume CARLIN (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

Tout le monde connait Martin Fourcade, 5 médailles d’or olympiques, le savoir-faire à la française, d’ores et déjà une légende. Et qui n’a jamais entendu parler de Michael « Wolverine » Phelps, 23 titres olympiques, l’athlète le plus médaillé de l’histoire des jeux!

Mais qui donc connait Beatrice Hess, Commandeur de la légion d’honneur, 25 médailles olympiques (dont 20 en or), 7 titres mondiaux, 14 titres européens? C’est l’athlète française la plus titrées de l’histoire des jeux paralympiques. Elle est atteinte d’une paralysie cérébrale qui l‘empêche d’utiliser ses jambes.

Mais au fait, c’est quoi le handisport?

Un handisport est un sport dont les règles ont été aménagées pour qu’il puisse être pratiqué par des personnes ayant un handicap moteur ou sensoriel. On parle de sport adapté lorsqu’il s’adresse aux personnes ayant un handicap mental. La plupart des handisports sont basés sur des jeux déjà existants, mais certain ont été créés spécialement pour les personnes handicapées.

Les plus répandus sont le basket en fauteuil, le tir à l’arc où la natation. Les premières compétitions apparaissent dès 1924 avec la création des « Silent Games », des jeux olympiques pour sourds et malentendants. Il faut attendre 1948 pour que les premiers jeux para-olympiques prennent forme à Stoke Mandeville, près de Londres. Les premiers jeux y sont officiellement organisés en 1952. En 1989, le Comité Olympique intègre les handisports, désormais les « Paralympics Games » se dérouleront dans les mêmes infrastructures que les Jeux Olympiques.

Les personnes porteuses de déficiences intellectuelles aussi ont accès aux paralympiques, depuis les jeux de Londres en 2012. Il existe aussi les « Global Games » qui correspondent davantage à l’équivalent des Jeux Olympiques pour les sportifs atteints de déficience mentale.

Aujourd’hui, il existe de très nombreux sports adaptés aux personnes handicapées, tous ne sont pas affilié à la Fédération mais se pratiquent tout de même en amateur. Même certains sports, comme le rugby, l’aviron ou le judo pour non-voyant, qui ne paraissaient pas pouvoir être adapté facilement, l’ont été. Le handisport est pratiqué de nos jours comme un loisir ou en compétition, souvent aussi il sert de rééducation, dans le cadre des APA (Activités Physiques Adaptés). Le sport s’avère en réalité une très bonne cure et une aide formidable dans la gestion d’un handicap. C’est ce dont Ludwig Guttman, neurochirurgien qui soignait les vétérans de la seconde guerre mondiale, s’était aperçu dans son hôpital de Stoke Mandeville, en 1948.

Et en France?

En France, les clubs handisports sont gérés par la Fédération Française Handisport, crée en 1954. Au niveau des résultats en compétition, la France fait partie des meilleurs! Par exemple, la France a fini 5eme des jeux de Sotchi en 2014, 8eme à Londres en 2012 et 4eme à Sotchi en Mars dernier. Depuis les jeux de Londres, les JO Handisport sont retransmis à la télévision, ce qui a permis une bien meilleure visibilité. Cependant, le handisport ne se développe que très lentement (33 000 licenciés environ en 2017) et la France a « encore du retard » par rapport à ses voisins anglais, explique à l’Equipe Benjamin Louis, créateur du site « Coeur Handisport ». Celui-ci remarque le développement du handisport mais regrette encore le manque de compétitivité, de jeunes et de diffusion.

 

 

Les discriminations

By Tristan VALLON (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

Ce terme désigne l’action de distinguer de façon injuste ou illégitime, comme le fait de séparer un individu ou un groupe social des autres en le traitant moins bien.

La société actuelle tend vers une généralisation du phénomène de concurrence, certains groupes sociaux ne bénéficient pas objectivement des mêmes chances que les autres même si l’égalité des Hommes est normalement un droit inaliénable.

Des millions d’hommes et de femmes subissent des discriminations partout dans le monde seulement car ils sont considérés comme “différents”. Leur quotidien est souvent fait  de menaces et d’humiliations pouvant aller jusqu’à des agressions. La loi française reconnaît 24 critères de discrimination, parmi lesquels sont: le sexe, la religion, le handicap, la classe sociale, l’ethnie ou bien encore l’âge.

Une des plus grosses discriminations en France est liée au handicap. La majorité des personnes atteintes de handicap reconnaissent avoir subi des injustices du fait de leur condition de santé. Selon l’INSEE, 3 millions de personnes ont déclaré avoir fait l’objet de discriminations, moqueries, mise à l’écart et refus de droit.

La discrimination n’est pas forcément des insultes ou des moqueries, elle peut aussi se trouver dans le quotidien. En effet, une structure publique qui n’a pas le matériel adéquat pour accueillir une personne en situation de handicap rentre dans le phénomène de discrimination.

Il y a toujours eu des discriminations dans notre société et les mentalités changent très lentement mais de plus en plus d’associations voient le jour et se battent au quotidien pour faciliter la vie des minorités discriminées.

Médecine allopathique et médecines traditionnelles

Céline FAU (Naturopathe)

  1. Définitions

La médecine allopathique / conventionnelle :

Renvoie à la médecine que l’on connait tous : allo Docteur ? Elle insistera sur les points suivants :

  • La sémiologie (étude des symptômes)
  • La nosologie (classification des maladies)
  • Le diagnostic est rationnel et fait appel à l’anamnèse (bilan), à la clinique (symptômes) et aux analyses.
  • Le traitement est basé sur la pharmacopée, la chirurgie, la radiothérapie.
  • C‘est une médecine des spécialisations (psychiatrie, gynécologie, ophtalmologie…)

Son GRAND intérêt

Ses inconvénients

L’intervention, l’urgence, traitement du lésionnel (maladies graves)

Approche matérialiste ni individualisée ni personnalisée, l’asepsie (contre l’infection omniprésente), effets secondaires des médicaments (iatrogénécité), la déresponsabilisation du patient (il devient spectateur de la maladie)

 

Définition de la maladie pour l’allopathie (Selon le dictionnaire abrégé des termes de médecine – Edition Maloine) :

« Altération de l’état de santé, se manifestant par des symptômes et des signes :

  • Physiques (objectifs)
  • Fonctionnels (symptômes)
  • Généraux (fièvre, sueurs, amaigrissement…) »

Les médecines traditionnelles / non conventionnelles :

Elles sont décrites parfois comme des médecines douces. Pour moi c’est une erreur !

Nous retrouvons ici des approches comme la naturopathie, la médecine traditionnelle chinoise (MTC), médecine ayurvédique …

Ces médecines envisagent la prise en charge différemment :

  • L’anamnèse et les bilans de santé deviennent personnalisés
  • Le malade est plus important que la maladie
  • Le traitement s’adresse au terrain du malade mais reste ANTI-SYMPTOMATIQUE
  • La prévention prévaut sur l’intervention
  • La conception de l’homme total, vision holistique
  • La guérison devient une auto guérison : techniques physiques et biologiques pour activer et renforcer les mécanismes de régulation

Intérêts

Inconvénients

Pédagogie de la santé

Réformer le mode de vie du malade

La limite de ces techniques est le « patient » lui-même.

 

Définition de la maladie en naturopathie :

« La maladie est l’effort que  la nature fait pour guérir l’homme. Elle renferme l’or véritable qu’il n’a trouvé nulle part ailleurs ». (C.G. JUNG). Il semble que la maladie est une conséquence presque inévitable de la vie. Il est certain que les naturopathes insisteront sur la fonction positive qu’elle remplit bien souvent.

 

  1. Focus sur la naturopathie et les pratiques naturelles à travers l’histoire, les civilisations et les courants de pensée
  • La naturopathie ; Qu’est-ce qu’elle est ? Qu’est-ce qu’elle n’est pas ?

La naturopathie est : une science fondamentale englobant l’étude, la connaissance, l’enseignement et la pratique des lois de la vie. C’est à la fois une philosophie, l’art et la science de maintenir l’individu en bonne santé par des moyens naturels.

La naturopathie n’est pas !!!!

  • Un cocktail de « recettes » de médecines naturelles
  • Une religion, pratiques austères et dogmatiques
  • Une science des plantes ou de tisanes
  • L’art de laisser faire la nature, quitte à refuser catégoriquement les médecines d’urgences (corticoïdes, antibiotiques, chirurgie)

 

  • Un peu d’histoire :

Le point de départ de la naturopathie remonte à plusieurs siècles avant notre ère et ne s’oppose pas à la médecine conventionnelle. Bien au contraire ! Ce sont les médecins eux-mêmes qui réalisaient ces nombreuses recherches. A l’heure actuelle, la perception des choses est malheureusement différente et certains les opposent. Or c’est une grossière erreur. Les médecines conventionnelles et non conventionnelles sont complémentaires. Si seul le médecin allopathe est habilité a posé un diagnostic, la naturopathe se posera en tant qu’éducateur de santé.

  • En Grèce antique :

A l’origine, il existait des centres thérapeutiques appelés Epidaure. On y pratiquait le jeûne, la prière, la diététique, les plantes, l’étude des rêves, le magnétisme, la petite chirurgie, l’hydrothérapie, musicothérapie, chromothérapie, représentations théâtrales à visée purificatrice…

Trois personnages fondamentaux :

  • Pythagore (580-498 av J-C): connu comme mathématicien, il est philosophe médecin. Il pratique essentiellement une médecine de régime, de mesure et de sagesse caractérisée par l’alternance travail – repos, le végétarisme et le jeûne.

 

  • Hippocrate (459-377 av J-C): il établit les 3 lois de biologie fondamentale :
    • Loi d’analogie (à raisonnement comparé, conclusion logique)
    • Loi des contraires (à l’origine de l’allopathie et pourtant CONTRE LE SYMPTOME)
    • Loi des semblables (origine de la pensée homéopathique)

En naturopathie, il sera utilisé les tempéraments hippocratiques basés sur la définition des 4 humeurs proposés par Hypocrite (humeurs = liquides biologiques qui sont le sang, la bile, l’atrabile et pituite). Je ne vais pas développer le sujet dans cet article tant le sujet est vaste !

 

  • Aristote (384-322 av JC): père de la biologie scientifique, il se rallie à la pensée humoriste (= 4 humeurs) hippocratique et soutient des recherches en botanique.
  • Le monde latin:
  • Eristrate(310-250 av J-C): pour ce médecin, la maladie est due à la surabondance de sang appelée pléthore. Les maladies se déclarent par digestion incomplète de certaines substances alimentaires qui « encrassent » un organe. Il préconisera le jeûne, la purge, les bains de vapeurs, les saignées.
  • Galien (130-200 av J-C): Romain d’origine grecque, il s’inspire des travaux d’Hippocrate et d’Aristote.

 

  • Exemple de courant spirituel:

Les musulmans partent du principe que l’Homme est composé d’un corps et d’une âme. L’islam a accordé à chacun son importance et a exposé les maux dont ils pouvaient faire l’objet, ainsi que la manière de s’en protéger et de s’en défaire. En Islam la santé du corps est donc une nécessité fondamentale dans la vie des gens, c’est pourquoi le musulman est appelé à accorder de l’importance à sa propre santé mais aussi à la santé de la société toute entière. Les musulmans considèrent la maladie de deux types : « la maladie du cœur » et la « maladie du corps ».  La maladie dite du cœur concernera ce que le coran mentionne comme « la maladie des ambiguïtés et du doute » ainsi que « la maladie des désirs et du fourvoiement » ; En clair une bonne crise de  « foi » ! La médecine du corps se base elle sur trois règles :

–           La prévention de la santé

–           L’abstinence de toute chose nuisible

–           L’évacuation de toute chose nuisible

La médecine du corps est alors de deux types :

–           Celle qui ne requiert pas les soins d’un médecin, comme la manière de remédier à la faim, la soif, le froid, la fatigue, que l’on traite par leur opposé et ce qui les fera disparaitre.

–           Celle qui demande réflexion et méditation, comme le moyen de repousser les maladies qui déséquilibrent l’humeur.  Ces maladies sont, elles-mêmes, de deux types : l’une causée par l’ajout d’une substance dans l’organisme, l’autre par les conséquences de cette substance sur l’humeur après sa disparition. Mais qu’est-ce que les musulmans appellent « humeurs » ? Il faut savoir qu’à l’époque du prophète Mahomet la médecine est dominée par la théorie des humeurs qui fut l’une de la base de la médecine antique. En médecine, l’humeur désignait alors les liquides circulant dans l’organisme tels que le sang, la lymphe et la bile. Selon cette théorie, le corps est constitué des quatre éléments fondamentaux : air, feu, eau et terre possédant quatre qualités : chaud, froid, sec et humide. Tout déséquilibre mineur entraine des « sautes d’humeurs » et tout déséquilibre majeur menace la santé du sujet. La santé varie donc ici en fonction de l’équilibre des humeurs dans le corps. Lors d’un déséquilibre, quand une humeur l’emporte sur les autres, ou que son influence est excessive, les maladies psychiques et physiques surviennent. Les traitements sont donc calculés pour rétablir l’équilibre et des régimes pour le maintenir

Dans les écrits religieux, différents outils sont énoncés :

  • L’apithérapie (produits de la ruche : miel, propolis…)
  • La phytothérapie (plantes)
  • Le jeûne (Ramadan)
  • Les ventouses humides (=Hijama.) médecine ancestrale (pratiquée en Egypte) mais aussi en médecine traditionnelle chinoise. À chaud, elles se posent après avoir fait un vide relatif à l’intérieur du récipient de verre grâce à la flamme + scarifications
  • L’alimentation: Description de l’estomac comme étant un excipient : la plénitude de cet excipient est mauvaise pour l’homme. conseille de se « contenter de nourriture nécessaire aux besoins habituels ». Subdiviser le volume de l’estomac en trois classes tout en précisant que la quantité maximale de nourriture et de boisson que peut ingérer l’homme est l’équivalent de deux tiers de l’estomac, et que le tiers restant vide est nécessaire pour la respiration.

 

  • Médecine anthroposophique

Steiner (1861 – 1925) : médecin, philosophe et penseur social, qui a développé la médecine anthroposophique. La médecine anthroposophique est un « concept diagnostique et thérapeutique intégratif » qui allie la médecine scientifique et universitaire à l’anthroposophie. Son intérêt premier pour l’essence de l’homme et ses besoins psychiques et spirituels en fait une médecine centrée sur le patient et proche de la vie. Les médecins anthroposophes suivent la formation habituelle de  médecine générale ou de spécialité (allopathie) et la complètent par l’étude de la vision anthroposophique de l’homme et du monde. Une grande importance est accordée à l’information globale du patient sur son état et, dans la mesure du possible, à sa participation active au processus de guérison. La médecine anthroposophique prend en compte les bases scientifiques de la médecine d’aujourd’hui et propose d’en élargir le point de vue par une approche holistique de la totalité des réalités physiques, fonctionnelles, psychiques et spirituelles caractérisant l’être humain. On y considère que les niveaux d’organisations des règnes de la nature : minéral, végétal, animal se retrouvent en l’homme. Les anthroposophes conçoivent le corps physique suivant trois systèmes physiologiques qui sont constamment en relation dynamique les uns avec les autres :

  • Le système neurosensoriel est le principal agent des perceptions sensibles et des facultés de représentation. Il s’apparente à la pensée.
  • Le système métabolique (nutrition-digestion-assimilation-excrétion) constitue le fondement physiologique de la vie et permet l’action. Il s’apparente à la volonté.
  • Le système respiratoire-circulatoire (sang-cœur-poumons) fait le pont entre ces deux pôles et les maintient en équilibre. Il s’apparente aux sentiments.

 Pour la médecine anthroposophique, quatre niveaux fonctionnels doivent être reconnus dans l’être humain :

  • Le corps physique
  • Le corps éthérique (ensemble des forces vitales)
  • Le corps astral, « l’âme (sentiments et sensations) qui impose à l’organisme vivant l’empreinte d’une organisation nerveuse (sensibilité, locomotion, comportements) et d’une organisation respiratoire, s’étendant au métabolisme (gaz du sang par exemple) ».
  • le corps égotique, « la conscience de soi qui induirait des particularités physiologiques proprement humaines (verticalité, langage, thermorégulation circadienne, cycles menstruels …) ».

Dans cette conception, la bonne santé résulte de l’interaction harmonieuse de ces quatre éléments. La maladie est décrite comme une perturbation de leur interaction. Le diagnostic s’efforce par conséquent d’identifier la nature des déséquilibres entre ces quatre composants. La  capacité  d’autorégulation  de  l’organisme  est  le  fondement  de  la  médecine d’orientation anthroposophique. « L’autorégulation est le fait de pouvoir compenser des déséquilibres physiques et psychiques, surmonter des crises, savoir réagir de façon positive dans toute situation de l’existence à partir de ses propres ressources. Chacun étant, au départ, doté de capacités intérieures et extérieures différentes, la faculté d’autorégulation n’est ni générale ni généralisable. Elle transparaît dans les forces et faiblesses, différentes chez chaque individu, ainsi que dans la réponse non uniforme aux mesures thérapeutiques universellement valables ». Ce qui est bon pour l’un peut être nocif pour l’autre. C’est pourquoi, dans sa méthodologie, la recherche anthroposophique entend prendre en compte avant tout l’individualité, à côté des critères de type et de généralisation.

  • La naturopathie de nos jours

Avec son appellation récente, la naturopathie apparait comme nouvelle et « en vogue ». Bien au contraire ! C’est un véritable retour aux sources qui se base sur des préceptes ancestraux universels.

3.1) Les concepts fondamentaux

Malgré les différentes écoles, elles se rejoignent sur le fait que la naturopathie repose sur trois concepts fondamentaux

  • L’humorisme (abordé précédemment avec les humeurs d’Hippocrate). Il faut noter que les humeurs représentent environ 60% à 70% de notre poids corporel total, soit 42 à 49 litres pour un homme de 70Kg.
  • Le causalisme : il rattache une ou des causes à une pathologie. Rechercher la cause et non le symptôme.

Les causes envisageables de la maladie sont :

  • Humorales (surcharges ect…)
  • Toxiques alimentaires (pesticides, nitrate, additifs…)
  • Toxiques non alimentaires (amiantes, médicaments, métaux lourds…)
  • Carence en nutriment
  • Psycho affectif, émotionnel
  • Hérédité
  • Mécaniques et traumatiques
  • Infectieuses
  • Stress
  • Géo-météorologique (travail de nuit, décalage horaire, saisons…)
  • Le vitalisme: la vie est une force (principe autre que celui de l’âme et des phénomènes physico-chimiques). Toute cellule vivante tend à sa propre conservation. Les travaux de Carrel (chirurgien et biologiste français) et des biologistes modernes ont prouvé qu’il est possible d’immortaliser une culture de cellules vivantes en lui apportant les éléments nutritionnels et d’épurations réguliers, appropriés en fonction de ses besoins.

3.2) Les outils utilisés en naturopathie

      L’alimentation, la nutrition et l’utilisation de plantes seront la base de l’ensemble des naturopathes en France. Des formations et des écoles permettent d’utiliser des outils différents. Ainsi chaque naturopathe aura sa propre boite à outils afin d’accompagner au mieux la personne. Me concernant, je vous ferai part des méthodes que j’utilise en vous expliquant rapidement en quoi elles consistent :

  • Alimentation et diététique (CORRIGER LES SURCHERGES): Nous n’avons pas tous les mêmes besoins nutritionnels. En fonction de notre morphotype, de notre âge, de notre sexe, de notre activité physique, nous devons absorber plus ou moins d’énergie, de vitamines, de minéraux… Bébés, ados, hommes, femmes seniors et même sportifs, découvrez des conseils adaptés pour éviter les carences et manger santé. “Que l’aliment soit ton seul médicament”.
  • La nutrithérapie (CORRIGER LES CARENCES ET LES TROUBLES METABOLIQUES) : optimise les fonctions, prévient et traite les pathologies par : les techniques de changement du comportement alimentaire, le diagnostic et la correction des déficits nutritionnels, l’utilisation pharmacologique des aliments, vitamines, minéraux, acides gras, acides aminés.
  • L’oligothérapie (TRAITEMENT PONCTUEL ET DE TERRAIN): Administration de catalyseurs nécessaires en très faibles quantités au métabolisme du corps humain. L’objectif est de corriger un dysfonctionnement métabolique par le rétablissement de l’équilibre physiologique de la personne. Les catalyseurs, appelés oligo-éléments sont pour la plupart des ions métalliques ou métalloïdes.
  • La phytothérapie(DRAINER LES SURCHARCHES, AMELIORER LE SYMPTOME ET CORRIGER LE TERRAIN) : La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels.
  • L’aromathérapie (LUTTER CONTRE L’INFECTION, TROUBLES INFLAMMATOIRES et NEURO-DYSTONIQUES): L’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles). Cela la différencie de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante.
  • L’hydrothérapie(DRAINER ET REVITALISER): traitement basé sur une utilisation externe et interne de l’eau, peu importe le type (de mer, de source, minérale, ou même celle du robinet), sous sa forme liquide, mais aussi gazeuse, et à des températures variables.
  • L’iridologie et la morphotypologie: Deux techniques d’analyse permettant au praticien de mieux cibler vos besoins
  • L’iridologie s’appuie sur les motifs, les couleurs et autres caractéristiques de l’iris pour examiner des informations sur la santé de la personne.
  • La morphotypologie est une technique qui permet de repérer, d’étudier les signes locaux (visage, mains, langue, nez …) et généraux du corps (taille, envergure des membres …) afin de déterminer le morphotype de chaque individu avec ses qualités et défauts.
  • La réflexologie plantaire(REDISTRIBUER L’ENERGIE AU PLEXUS ET AUX ORGANES): thérapie manuelle pratiquée sur des zones réflexes représentant les organes et les différentes parties du corps humain. Cette méthode permet par une pression sur un point réflexe précis, de relancer le courant énergétique, de stimuler ou de détendre l’organe correspondant. La réflexologie part du principe que les deux pieds sont à l’image de tout notre corps. Chaque partie du pied est en étroite relation par l’intermédiaire du système nerveux avec les organes du corps. En effet, il existe plus de 7200 terminaisons nerveuses situées sur les deux pieds. Les organes sont alors traitables à distance par pression ou massage spécifique à un endroit précis du pied. ce sont des actions tonifiantes ou calmantes selon les besoins du corps et de chacun.
  • La réflexologie endonasale (ou sympathicothérapie) : Cette technique utilise des points réflexes, situés sur la muqueuse des fosses nasales, qui est tapissée de nombreuses terminaisons nerveuses du système sympathique, la reliant aux différents organes. En sympathicothérapie, la stimulation se fait en agissant sur les 3 cornets de chaque narine à l’aide de stylets. Elle équilibre et régule le système nerveux neurovégétatif (que nous ne maitrisons pas).
  • Le reiki : Le praticien canalise l’énergie universelle et la transmet en imposant ses mains sur différentes parties du corps de la personne. La transmission d’énergie peut même se faire à distance. L’énergie universelle possède par ailleurs son « intelligence propre », ce qui lui permet à la fois de se diriger exactement là où la personne en a besoin, et de ne causer aucun effet secondaire indésirable. L’énergie personnelle du praticien n’intervient jamais dans le processus.
  • Le Nursing Touch: Technique de toucher permettant d’établir ou de restaurer une forme de communication non verbale entre deux personnes. La douleur est variable d’un individu à l’autre, d’un jour à l’autre. Quel que soit son mécanisme déclencheur (somatique, neurologique ou psychologique) aucune mesure objective ne peut réellement la quantifier. Ceci justifie le besoin de comprendre la douleur de l’autre et de l’entendre (parfois dans son silence). Elle doit être recherchée; toutes les douleurs ne peuvent être supprimées mais il faut toutes les rendre supportables, tolérables, de sorte qu’elles ne prennent pas une place majeur sur la vie de la personne. Stimulant certains récepteurs de la peau (corpuscules de Merkel) le Nursing Touch induit un blocage de la douleur au sein de la moelle épinière, dans la voie lemniscale.  Il s’en suit une atténuation immédiate de la douleur (théorie du Gate Control). Expérimenté au cancérole de Toulouse, il a permis à de nombreux patients de mieux gérer la douleur et de diminuer les doses de morphine.

 

  • Ventouses sèches: Citées par Hippocrate dans « L’art de guérir », et utilisées aussi bien par les Chinois, les Grecs, les Indiens ou les Arabes, les ventouses ont, depuis des siècles, traité de nombreuses maladies. Les ventouses étaient, jusqu’au 20ème siècle, très répandues en Europe. Les ventouses régulent les flux de Qi et de Sang. Elles contribuent aussi à aspirer et éliminer des facteurs pathogènes externes (Vent, Froid, Humidité, Chaleur). Des blocages sont dissous, les douleurs diminuent, la circulation du sang s’améliore, les muscles se décontractent, la chaleur interne est réduite. Cette technique est efficace dans bon nombre de pathologies, qu’elles soient respiratoires, rhumatismales, arthrose, névralgie, sciatique, douleurs dorsales, dermatologiques, digestives, gynécologiques ou dans les cas de maux de tête et migraines à répétition. Les tendinites, les entorses, les crampes et la constipation…

 

 

Bonus ! Mais qu’en est-il de l’homéopathie ?

L’homéopathe a fait des études de médecine (c’est un médecin allopathe). L’homéopathie (concept créé en 1796 par un médecin allemand, Samuel Hahnemann) repose sur le principe de similitude : une substance toxique à haute dose peut, à doses infimes, soulager un malade. Comme l’allopathie classique, l’homéopathie se centrera sur les symptômes. La naturopathie et l’homéopathie sont donc deux approches bien distinctes.

L’homéopathie est particulièrement efficace pour les infections respiratoires à répétition, les maladies digestives banales et l’insuffisance veineuse…

Elle est aujourd’hui prescrite occasionnellement par 18000 médecins et 5000 généralistes qui en ont fait leur thérapeutique principale.

 

 

 

 

Sources :

Formation et supports pédagogiques de praticien en naturopathie du centre de formation IFSH (institut Français des sciences de l’Hommes)

Mémoire de fin de formation praticien en Naturopathie, Céline FAU

Les Phobies

By Tristan VALLON (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

Partie 1: LES PHOBIES

Le terme “phobie” nous vient du grec ancien “phobos” qui signifie crainte ou frayeur. Les phobies sont considérées par la médecine comme des troubles psychologiques et plus précisément des troubles anxieux. Une phobie est caractérisée par la peur irrationnelle d’une situation particulière, comme la peur de prendre un transport (train, avion, bateau… etc) ou d’un objet/animal spécifique comme l’arachnophobie (peur des araignées) ou l’ophidiophobie (peur des serpents).

Une phobie n’est pas une simple peur que l’on peut surmonter en y faisant face, c’est bien plus que ça. C’est une véritable  angoisse qui s’empare des personnes confrontées à un agent phobogène. Le sentiment ressenti par la personne n’est pas une simple peur. Une personne phobique adoptera une conduite d’évitement de l’objet ou de la situation qui l’angoisse, au point même de s’enfermer chez soi dans certains cas de phobies sociales.

Ce qui différencie une phobie d’une peur, est qu’une phobie  est une peur irrationnelle, irraisonnée  et démesurée, et que la personne en souffrant en est totalement consciente mais ne peut rien y faire.

Dans la vie de tous les jours, vivre avec une phobie peut devenir plus ou moins handicapant. Dans le cas des personnes souffrant d’aérodromophobie (peur des voyages en avion), éviter l’agent phobogène sera simple. Par contre dans le cas des phobies sociales, cela devient tout de suite plus difficile d’éviter la source d’angoisse sans s’handicaper au quotidien. L’ochlophobie, l’agoraphobie (peur de la foule) ou encore la katagélophobie (peur du ridicule) sont des phobies très incapacitantes, qui peuvent mener à l’isolement (lié à une conduite d’évitement presque systématique de ce qui angoisse la personne phobique) et donc à une dépression plus ou moins grave.

Les symptômes et les conséquences des phobies sont une sorte d’angoisse pouvant se transformer en crise de panique, augmentation de la fréquence cardiaque, nausées, bouffées de chaleur, nervosité et transpiration accrues.

Pour conclure, sachez que toutes les phobies restent des troubles psychologiques, même si la carpophobie (peur des fruits) peut en faire sourire certains, elle peut être très dure à vivre au quotidien.

 

Partie 2: Agoraphobie: angoisses et préjugés

By Matthieu LIMONGI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

 

Si le terme agoraphobie est un terme aujourd’hui connu de tous, il n’en demeure pas moins de nombreuses conceptions erronées de ce trouble qui touche 2 à 4% de la population mondiale. Pour beaucoup, il s’agira en effet de la peur de la foule, ou bien de la peur « des gens » mais la réalité est tout autre. On fait le point.

 

Pour les experts, l’agoraphobie est l’une des phobies les plus incapacitantes pour l’individu qui est touché. Comme toutes les phobies, il ne s’agit pas d’une maladie mais bien d’une peur irrationnelle, et plus précisément une réaction émotionnelle qui a été assimilée par l’individu. Concrètement, au delà des présupposés commun, l’agoraphobie est liée à un sentiment d’insécurité permanent et se manifeste par une véritable panique lorsqu’il s’agit de s’éloigner d’un point de sécurité. La manifestation de cette angoisse peut s’effectuer à différentes échelles, on dénombre en effet plusieurs degrés d’intensité du trouble. Celui-ci pourra, pour certains, prendre la forme de la peur des espaces vides, où à l’inverse des espace trop cloisonnés, la peur des espaces publics, ou bien tout simplement la peur du fait de faire la queue par exemple.

 

À la racine

 

Si l’on compte plusieurs origines du trouble, les spécialistes considèrent que la base la plus commune au développement de l’agoraphobie est une difficulté à se sentir en sécurité. Antoine Spath, psychologue clinicien remarque « les agoraphobes ont souvent vécu avec un proche hyper-protecteur (la mère, en général) : celui-ci leur répétait souvent « fais attention, tu vas prendre froid, fais attention, tu vas te perdre, fais attention… », ce qui a conduit au développement de l’idée selon laquelle le monde est dangereux. » explique-t-il. Ainsi, les agoraphobes auront tendance à éviter les droits tels que les églises, supermarchés, métros, restaurants… Pour certains il s’agira d’un réel handicap, car à un certain degré les individus touchés deviennent « prisonniers » de leur propre habitation. En somme, un agoraphobe évitera les endroits où il risque de se sentir bloqué sans pouvoir obtenir une aide rapide et conséquente à son trouble.

 

Pour autant l’agoraphobie, comme beaucoup de phobies, n’est pas incurable. Les thérapies sont généralement le meilleur moyen de se débarrasser du trouble. Cela demande bien-sûr beaucoup de patience et un long travail sur soi, qui passe souvent par l’apprentissage de technique de relaxation pour surmonter la panique, pour qu’ils puissent doucement et progressivement affronter les situations tant redoutées.

 

Pour aller plus loin…

Vous connaissiez Dr. Nozman ? Un vidéaste adepte de la vulgarisation scientifique, qui a récemment dédié un de ses sujets aux phobies. Une vidéo que vous pourrez retrouver juste ici (https://www.youtube.com/watch?v=j5P3yySQHPc&t=316s)

 

 

 

L’hypocondrie

Hinde Bahlagui (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

L’hypocondrie ou trouble de l’hypocondrie est un syndrome caractérisé par une peur ou une anxiété excessive et bouleversante concernant la santé et le bon fonctionnement du corps de l’individu. L’anxiété s’explique par un trouble émotionnel qui se manifeste par un sentiment d’insécurité, de panique accompagné par l’appréhension sur de nombreux sujets. On définit ce trouble comme un trouble somatoforme, c’est un trouble mental caractérisé par des symptômes physiques évoquant une blessure ou une maladie physique qui ne peut pas s’expliquer complètement par une approche médicale.

Selon une étude un dixième des français sont angoissés par l’idée d’être malade ou de le devenir. Ils sont très  préoccupés d’être atteints ou sont sûrs de souffrir d’une maladie, même après des tests médicaux montrant que ce n’est pas le cas. Souvent, ces personnes interprètent mal des problèmes de santé mineurs ou les fonctions normales du corps comme des symptômes d’une maladie grave

 Tout d’abord l’hypocondriaque va enquêter sur tous les maux possibles, les symptômes étranges que l’on remarque sur notre corps, il va opter pour l’utilisation de l’ordinateur ou du téléphone régulièrement pour chercher des informations. Par la suite cela devient obsessionnel jusqu’à générer de l’anxiété. Il pensera ensuite que les douleurs mineures peuvent être mortelles. Il développera après cela la crainte de tomber malade et de souffrir du même mal que les autres. En ajout à cela il est toujours préoccupé après une consultation médicale, même si celui-ci le déclare en bonne santé. L’hypocondriaque a du mal à croire au diagnostic du médecin à cause de son anxiété, il cherchera donc un deuxième avis médical. L’entourage d’une personne hypocondriaque finit par s’éloigner car ils parlent souvent de leur santé.

 Cependant de nombreuses  aides sont proposées comme la thérapie cognitivo—comportementale qui  regroupe plusieurs traitements portant sur les interactions entre la pensée, les émotions et les comportements. Ces thérapies se concentrent sur les problèmes actuels de la personne en essayant de les aider à mieux comprendre l’origine de leurs comportements. Un suivi par un psychologue est intéressant pour cible l’origine de ces angoisses. Les étudiants de l’Université d’Avignon ont l’opportunité de contacter la psychologue du dispositif Ville Campus au 06 51 03 86 77 ou par mail : psy-ville@univ-avignon.fr                   

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search