Les migraines

By Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

­

Selon les recherches et ouvrages du Docteur LEROUX Elizabeth, neurologue spécialisée en médicine des céphalées, chercheuse et enseignante  à la clinique de la migraine et des Céphalées à Montréal.

Selon l’OMS, la migraine est la troisième maladie au monde, en termes de fréquence, toutes catégories confondues après les caries dentaires et la céphalée de tension. La migraine n’est pas toutefois un mal de tête ordinaire. Le mal de tête est un des symptômes les plus fréquents rencontrés par les médecins et un des plus difficiles à évaluer. Un mal de tête peut être causé par une multitude de facteurs médicaux, de la méningite à la prise de certains médicaments, en passant par l’apnée du sommeil. La classification internationale des céphalées compte plus de 200 diagnostics possibles.

On distingue en général les céphalées primaires causées par un dysfonctionnement du système nerveux sans lésion visible ni maladies associées, des céphalées secondaires, causées par des lésions visibles de la tête ou du cou, ou encore par des perturbations métaboliques de l’organisme. Puisque le fonctionnement du cerveau s’apparente à celui d’un ordinateur, cette distinction entre céphalées primaires et secondaires peut être illustrée par un exemple tiré du monde de l’informatique. Si un ordinateur ne fonctionne pas, il peut s’agir d’un problème de logiciels (il y a un mauvais programme ou un virus informatique mais l’appareil n’est pas endommagé) ou de matériel informatique (le disque dur est abîmé, le ventilateur est brisé et l’appareil a surchauffé). Les problèmes de logiciels sont représentatifs des céphalées primaires, comme la migraine et la céphalée de tension, et les ennuis de matériel représentent les céphalées secondaires, comme la méningite et la tumeur cérébrale.

La Migraine est :

  • Une maladie neurologique complexe
  • Une maladie paroxystique (crises / périodes normales)
  • Une maladie à sévérité variable
  • Invisible
  • N’est pas une maladie dégénérative

Les différentes céphalées :

La céphalée de tension : Le mal de tête ordinaire. Elle est la deuxième maladie au monde en termes de fréquence. De 20 à 50% des gens auront une céphalée de tension un jour ou l’autre. Le petit mal de tête ordinaire est peu dérangeant et justifie rarement une visite chez le médecin. La douleur est souvent diffuse des deux côtés de la tête.

La céphalée de Horton : C’est la douleur la plus intense connue par l’être humain, pire que l’accouchement ou l’amputation sans anesthésie. Lors des crises, les patients pensent souvent au suicide pour en finir avec la douleur atroce et intolérable qu’ils ressentent. Les douleurs sont souvent centrées sur l’œil ou la tempe, bien que la douleur puisse irradier vers le cou ou les dents. L’œil devient rouge et larmoie, la paupière se ferme, le nez coule. La personne aura tendance à bouger, à s’agiter et à avoir des nausées.

La névralgie du trijumeau : Ce n’est pas vraiment un mal de tête mais plutôt une douleur faciale ressentie comme un choc électrique dans la joue, la mâchoire ou les dents. La douleur est parfois déclenchée par le fait d’effleurer une zone gâchette. Ces zones peuvent être situées dans la bouche ou sur le visage, souvent au pourtour des lèvres ou sur le bord du nez.  

La céphalée post-traumatique : c’est un peu comme l’éléphant dans une salle. Un énorme problème qui semble passer inaperçu, que tout le monde voit mais dont personne ne parle. Après un traumatisme crânien ou le « coup du lapin », nombre de personnes souffriront d’un syndrome post-traumatique : maux de tête, trouble du sommeil, irritabilité, difficultés de concentration, étourdissement ect…

L’hypertension intracrânienne : causée par une augmentation de la pression à l’intérieur de la boite crânienne. Elle comprime le nerf optique ce qui peut causer une diminution du champ de vision. La compression d’autres nerfs peut entrainer de la vision double.

L’hypotension intracrânienne spontanée : les symptômes peuvent apparaitre rapidement voire brutalement. Le mal de tête est diffus et présent surtout lorsque la personne est assise ou debout. La douleur disparait presque en position couchée.

La céphalée chronique quotidienne : Sa principale caractéristique est son mode d’apparition.  Il apparait un jour précis, même un même précis alors que la personne n’avait jamais eu de maux de tête au paravent.  Dans certains cas, on trouve une infection virale récente mais aucune preuve formelle d’une cause infectieuse n’a été établie.

Les catégories migraineuses :

  • La migraine épisodique
  • La migraine chronique
  • La céphalée médicamenteuse
  • La migraine réfractaire (sous-catégorie de la migraine chronique caractérisée par des crises fréquentes et sévères)
  • La migraine menstruelle (chute d’œstrogène influence le cerveau et favorise la survenue des crises)
  • La migraine avec AURA (migraine ophtalmique)

Pourquoi la migraine empêche de fonctionner ?

Au-delà des jours d’absence au travail (ou à l’université) passés au lit, on doit aussi tenir compte des jours passés avec une fonction réduite : la personne parvient à se présenter au travail ou en cours mais ne peut pas fonctionner normalement. C’est ce qu’on appelle le présentéisme. Le migraineux peut passer sa journée entière à fixer son ordinateur, à tenter de se concentrer, sur une réunion, une tache ou un partiel, mais malgré tous ses efforts, sa capacité de travail est restreinte. Plusieurs raisons peuvent expliquer ces limitations : la crise migraineuse ralentit elle-même la fonction cognitive et s’accompagne d’une difficulté à tolérer les bruits et la lumière. La douleur augmente souvent avec l’effort physique ou mental. Si la crise a été traitée par la prise d’un médicament, il est aussi possible de ressentir des effets secondaires du traitement, dont la fatigue, la nausée, ou un trouble de la concentration. Les heures (et même la journée) suivant la résolution de la crise, laissent souvent les migraineux dans un état un peu second : fragile, sensible et épuisé. La crainte que la crise redémarre pousse aussi la personne à modérer ses efforts. Conséquences : une performance moindre au travail ou dans les activités personnelles…. Et beaucoup de culpabilité et de dévalorisation. Même lorsqu’il s’agit d’activités agréables, la migraine empêche de fonctionner !

Les migraineux rapportent souvent à quel point ils se sentent seul et incompris par leur entourage … pourtant 15% de la population mondiale en souffre.

Les habitudes de vie antimigraineuse :

  • La qualité du sommeil
  • L’alimentation (éviter les sodas, sauce soja, charcuterie, saucisse à hotdog, vins, fruits secs, fromages vieillis, noix, agrumes, vinaigre…)
  • L’obésité (surveiller son poids)
  • La déshydratation (boire de l’eau suffisamment)
  • L’arbre à maux de tête (s’éloigner du Laurier)
  • Repérer les intolérances alimentaires
  • Calmer les facteurs émotionnels et le stress
  • Exercer certaines pratiques (méditation, relaxation, yoga…)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search