La Sclérose en plaques

By  Catherine LAPEYRE Naturopathe spécialisée en accompagnement de la SEP et en apithérapie

La sclérose en plaques ou sep est une maladie auto-immune (le système immunitaire n’est plus capable de reconnaître ses propres tissus à protéger des agents agresseurs extérieurs) neurologique dégénérative, inflammatoire et multifactorielle du système nerveux central. Elle est la conséquence de la destruction de la gaine de myéline, ce qui laisse des lésions cicatricielles (les plaques) qui lui donnent son nom. Les zones touchées sont le cerveau, le nerf optique, la moelle épinière.

La myéline, comme la gaine d’un câble électrique isole et protège les nerfs contre les agressions mais, en plus, elle accélère le transfert de l’influx nerveux. Ainsi, lorsque la myéline est détruite, la propagation de l’influx nerveux est très réduite ce qui entraîne des troubles neurologiques de différents types :

* Sensitifs (engourdissements voire anesthésies)

* visuels (diplopie, brouillard visuel)

* moteurs (difficultés de la marche, raideurs musculaires, tremblements, perte d’équilibre…)

* neuropsychiques (fatigabilité intellectuelle, troubles de la mémoire et de la concentration…)

* sphinctériens (mictions impérieuses, incontinence)

* troubles sexuels et la douleur très fréquente chez près d’une personne sur deux.

Ces troubles se manifestent lors de poussées inflammatoires plus ou moins virulentes avec récupération totale ou laissant des séquelles irréversibles selon la forme de sep dont la personne est atteinte (il en existe 4 de la plus bénigne à la plus grave et redoutée).

Ces troubles évoluent de façon tout à fait aléatoire. Ils sont isolés ou associés, ils diminuent ou augmentent, sont généralement accompagnés d’une grande fatigue et évoluent souvent au cours de la journée. Le réseau nerveux n’étant pas détruit mais seulement diminué, les symptômes, variables d’un moment à l’autre, peuvent parfois disparaître totalement.

C’est donc une maladie sournoise, capricieuse, imprévisible et très énigmatique.

Les poussées sont traitées par des perfusions de cortisone à hautes doses et il existe des traitements de fond qui ne guérissent pas mais qui ralentissent l’évolution de la maladie en limitant les poussées.

Mon expérience personnelle

J’ai 55 ans et je suis atteinte de sep depuis 11 ans au cours desquels j’ai appris à comprendre ses mécanismes d’action et à l’accepter pour mieux la vivre au quotidien. Elle est ma colocataire bienveillante, mon alliée et nous vivons main dans la main quand elle ne se manifeste pas ; par contre, je vais à sa rencontre quand elle devient agressive et elle l’a été ( troubles de l’équilibre, troubles mictionnels, paresthésies dans les jambes, douleurs…) alors je sors ma panoplie de super héroine afin de ne pas lui laisser grignoter du terrain c’est tout ce qui m’anime, vivre au mieux avec elle mais sans lui céder.

La sep n’est pas une fatalité, la vie continue et avec quelques adaptations choisies, on peut faire face et vivre au mieux en suivant quelques mesures d’hygiène de vie comme :

* Respecter son rythme en accomplissant une activité en écoutant son corps qui sait manifester ses difficultés.

* Fractionner ses activités en prenant des pauses régulièrement afin d’appréhender la fatigue.

* Travailler mieux en réaménageant son lieu de vie ou son poste de travail pour qu’il soit mieux adapté ou cause moins de fatigue.

* Demander de l’aide. Répartir les charges domestiques au sein de la famille et consulter le médecin du travail, la CPAM, la MDPH pour un aménagement d’horaires ou un changement de poste.

En tant que praticienne en médecines alternatives, j’ai beaucoup lu, je me suis interrogée pour trouver mon chemin avec ma sep parce qu’il y a autant de sep que de personnes atteintes de cette maladie et que « on ne peut rien enseigner à un homme. On peut seulement l’aider à trouver la réponse à l’intérieur de lui-même. »

Pour ma part, le grand changement a été :

– une réforme alimentaire hypotoxique s’appuyant sur les travaux du Docteur Jean Seignalet « L’alimentation ou la troisième médecine » et du Docteur Kousmine qui écrivait qu’un malade atteint de sep est un intolérant définitif à nos erreurs alimentaires et que la correction de ces erreurs doit être faite à vie ! C’est une alimentation riche en vitamines, minéraux, acides gras essentiels, et débarrassée des facteurs nutritionnels qui favorisent l’auto-immunité comme les produits laitiers, le gluten, les sucres raffinés, les produits transformés. Cela implique bien sûr de cuisiner un peu, des produits frais de saison, bio ou issus de producteurs locaux car manger doit rester un pur plaisir, une explosion en bouche pour notre « palais des saveurs » comme se plait à le dire le Professeur Henri Joyeux.

– avoir une activité physique quotidienne ne serait-ce que marcher 30 minutes au minimum ou aller sur des exercices plus ciblés, danse, yoga, musculation pour tonifier et soutenir le squelette …

– consommer les produits de la ruche (l’apithérapie) selon un certain protocole.

– ne pas négliger le facteur stress qui malheureusement nous environne aujourd’hui…ainsi s’occuper de soi c’est-à-dire se respecter, s’aimer, développer la confiance et l’estime de soi à travers la méditation et ça c’est le travail d’une vie !!!

– travailler sur le sens de cette maladie (« le mal a dit »), pour comprendre – s’il y a quelque chose à comprendre – (et j’ai compris ce qu’elle dit de moi ) afin de se préparer à la guérison.

Aujourd’hui, la sclérose en plaques reste toujours un défi pour la médecine conventionnelle et la recherche et il appartient à chacun d’entre nous, malades, de devenir acteurs de notre santé pour une future stabilisation de la maladie !!!

C’est un parcours qui s’inscrit en chacun de nous avec ses avancées, ses reculs mais toujours en ayant la foi et le sourire aux lèvres parce que la vie est là et qu’elle seule doit nous guider.

Et parce que rien n’est écrit dans votre vie si ce n’est de votre main !!!

Pour aller plus loin :

« Comprendre et pratiquer le régime Seignalet » par ses enfants Dr Dominique Seignalet, Anne Seignalet.

« Vaincre la sclérose en plaques » Emilie et Julien Venesson Ed. Thierry Souccar

«Les abeilles ont guéri ma sclérose en plaques » Maryse Pioch

« La guérison, une traversée…. » Dr Philippe Dransart

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search