La Handi-danse et autres sports artistiques

Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

Dans l’esprit de beaucoup de personnes, danse et handicap sont des termes antinomiques. Le handicap, généralement associé à sa conception médicale, renvoie à l’idée de manque, d’incapacité ou de déficience motrice, sensorielle ou mentale. Il apparaît donc pour une grande majorité de personnes en complète opposition avec la pratique de la danse à laquelle on accole inconsciemment les images de corps magnifiés, d’exigences formelles et de capacités physiques hors du commun véhiculées par l’imaginaire de la danse classique.
Avec un handicap, le corps apparaît en difficulté par les défauts de sa motricité et/ou ses difficultés cognitives à se situer dans l’espace et le temps, pour la personne qui le subit comme pour celles qui y sont confrontées de l’extérieur. Pourtant la danse dite «intégrée» est devenue une pratique pionnière de la mixité des corps et nous prouve que fragilité n’est pas faiblesse.

Initiative de la compagnie de « Danse avec les roues »

Selon l’article « Le corps, la danse, le handicap… » d’Isabelle Brunaud, danseuse contemporaine, chorégraphe de la compagnie Danse avec les Roues (Revue VST – Vie sociale et traitements)

Isabelle Brunaud anime depuis plusieurs années des ateliers de danse pour des personnes ayant un handicap physique et/ou sensoriel. Selon elle, ces participants ayant des corps différents, liés à diverses pathologies (Infirmité motrice cérébrale, accident, poliomyélite, myopathies, maladies orphelines…), utilisant ou non le fauteuil roulant, pouvaient développer leur propre gestuelle, sans vocabulaire préétabli, dans une forme et une énergie ayant pour modèle le corps d’un valide. Les corps de la majeure partie d’entre eux avaient l’habitude d’être manipulés par ceux qui les accompagnent dans la vie quotidienne. Certains la voyaient comme une infirmière qui pouvait les débarrasser de leurs tensions. Elle nous donne l’exemple d’un jeune homme atteint d’hémiplégie dans sa difficulté à investir, à imaginer différemment son corps, qu’il lui a confié « vivre comme un sac vide ».  Cette réappropriation du corps peut provoquer des réactions de peur, mais aussi de violence. En effet une jeune fille épileptique inscrite également dans cet atelier  la replongeait dans des crises nombreuses dans l’atelier. Il fallut cependant lui enjoindre d’aller consulter en dehors pour pouvoir continuer la danse. Elle eut le courage d’entreprendre un travail psychothérapeutique, les crises cessèrent immédiatement. Ce qui frappait Isabelle Brunaud chez la plupart des personnes en fauteuil roulant, c’est qu’elles ne pouvaient pas vraiment modifier leur position dans la journée. Leur champ de vision étant restreint, leurs yeux sont toujours sur le même plan horizontal et ils ne changent pas de niveau.

Prenant en compte toutes ces données et ces différents types d’handicaps, Isabelle Brunaud explique chercher ce qui pouvait leur être commun dans le mouvement et leur permettre de danser ensemble valides et non valides de manière égalitaire, équitable : ce fut la « force de gravité ». En effet, leurs corps étant soumis à la pesanteur, sur terre, leur principale composante en est la force de gravité. Elle a un effet plus important chez les personnes dont la moelle épinière est lésée : certains de leurs muscles ne peuvent s’opposer à cette force. En revanche, il est possible d’y répondre avec d’autres muscles, de s’y abandonner pour rejaillir, d’apprendre où se situent son centre de gravité et celui de son partenaire, et comment cela se déplace, avec ou sans fauteuil… Isabelle Brunaud découvre alors la danse contact improvisation.

Focus sur la danse orientale : une expérience personnelle

Ses origines remontent aux cultures ancestrales. La danse et la musique jouaient un rôle important dans la vie quotidienne. Il existait une croyance selon laquelle la femme possédait un pouvoir magique : celui de concevoir la vie. Ainsi, traditionnellement la danse orientale était exécutée par les femmes lors de rites de fertilité, associés à la fois à la religion et à l’ésotérisme. Les femmes faisaient tournoyer leur corps et onduler leur ventre afin d’acquérir les faveurs de la déesse de l’amour et de la fécondité, symbolisant ainsi les mouvements de la conception et de l’enfantement. Cette danse permet aux femmes de renouer avec leur féminité et d’apprivoiser leur corps. Retrouver estime, confiance et sensualité au-delà des dictats que la mode impose aux femmes, aux corps et à nos différences.

Passionnée de danse orientale j’ai pu me découvrir et assumer mon corps à travers cette discipline. Ma silhouette ne correspondant pas aux normes de beauté occidentales actuelles, j’ai appris néanmoins à mettre en scène et en valeur ce corps tout aussi beau (La grosso phobie prend de plus en plus d’ampleur ces derniers temps).  La danse m’a également accompagnée et fut un pilier essentiel face à la maladie. En effet, j’ai développé une maladie chronique et dégénérative. Des inflammations de l’ensemble de mon squelette, de mes muscles et de mes tendons m’empêchaient même sur les premières crises de m’habiller toute seule ;  marcher 50 mètres m’était plus que pénible.  A terme, les vertèbres sont vouées à se  souder entre elles et de nombreuses cécités, que je vous épargnerais, se rajoutent à la liste. Mais tous les jours je mettais ma musique et j’essayais d’être dans le mouvement… une fois la rotation du bassin, une fois l’ondulation de mon bras… où paradoxalement je réalisais des mouvements impossibles dans la vie quotidienne. La danseuse orientale doit savoir être douce et dynamique à la fois. J’ai donc repris mes mouvements avec beaucoup de douceur pour éviter de me blesser. A ce jour, ma technique est toujours limitée mais je la contourne pour en faire ma force. Par exemple, si mes cervicales sont bloquées, je danse avec le chandelier sur ma tête (photo en haut à gauche). C’est en effet un accessoire ancestral de cette discipline qui demande à la danseuse de bloquer au maximum ses cervicales et de limiter l’amplitude de ses mouvements. D’autre part, si mes membres inférieurs sont enflammés alors je réalise plutôt des danses folkloriques (photo en haut à droite) que du Sharqui (danse classique égyptienne / Photo en bas à droite) car cette dernière demande plus d’équilibre et de tenue en demi pointe (ce qui est impossible en tant de « crise »). Avec un changement de mode vie (naturopathie) et une pratique de la danse constante, les douleurs se calment peu à peu, mois après mois, année après année. J’adapte les mouvements, j’écoute mon corps (technique limitée)… mais cette pratique quotidienne permet de garder une souplesse de la colonne vertébrale, enjeu majeur de cette maladie chronique.  Ma collaboratrice, mon amie (mon professeur de danse) Laïla LECLERC propose d’ailleurs en région Toulousaine (Association Ateliers et danse d’orient) de la danse thérapie pour accompagner au mieux les personnes avec des problématiques physiques et/ou psychologiques (photo duo en haut à droite) à travers la danse orientale. De mon côté, je compte reprendre très prochainement l’enseignement de cette discipline et transmettre à nouveau cet art qui a repoussé les limites de la pathologie pour en ressortir plus forte et grandie

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search