Les allergies alimentaires

Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

Selon les recherches et ouvrages du Docteur TREBUCHON Florence, médecin allergologue (a fondé l’Ecole de  l’asthme au service des maladies respiratoires/ hôpital Arnaud-de-Villeneuve à Montpellier)

On n’est jamais allergique à un aliment dans sa totalité mais à d’infimes substances qu’il contient : ainsi les allergènes alimentaires sont des protéines contenues dans les aliments. Les manifestations les plus fréquentes de l’allergie alimentaire sont immédiates : urticaire, gonflement, œdème de Quincke, crise d’Asthme (pouvant survenir au dehors de toute maladie asthmatique déclarée), vomissements, et choc anaphylactique. L’allergie expose à des réactions plus graves car, ayant été ingéré, l’allergène responsable va passer dans la circulation sanguine et rencontrer les IgE spécifique dans différents organes : peau, bronches ect (IgE =  L’immunoglobuline E. C’est une classe d’anticorps présente uniquement chez les mammifères). Si la réaction se généralise au système vasculaire, c’est le choc anaphylactique : chute de tension, malaise.

Quelle est la différence entre intolérance alimentaire et allergie alimentaire ?

L’intolérance alimentaire traduit la difficulté pour le tube digestif d’assimiler un aliment. Il ne s’agit pas d’une réaction allergique :

  • La plus connue est la maladie cœliaque (intolérance au gluten). Cette maladie entraine des douleurs abdominales, des diarrhées chroniques, une importante perte de poids.
  • La plus fréquente est l’intolérance au lactose, le sucre du lait.

En cas d’intolérance à un aliment, la suppression de ce dernier fera disparaitre tous les inconforts digestifs.

Dans l’allergie alimentaire, contrairement à l’intolérance, ce n’est pas le système digestif qui est en cause mais le système immunitaire.

A la différence de l’allergie, l’intolérance alimentaire n’expose pas à un risque de réaction brutale et sévère.

Symptômes des allergies alimentaires :

L’allergie alimentaire se traduit essentiellement par des réactions rapides après l’ingestion de l’aliment :

  • Gonflements, démangeaisons: urticaire, gonflement des lèvres et des yeux, difficultés respiratoires (réactions immédiates, jusqu’à 3 ou 4 h après). Si ces symptômes apparaissent au lever, ce n’est pas une allergie alimentaire. Contrairement à une idée reçue, la majorité des urticaires ne sont pas d’origine allergique.

L’urticaire d’origine histaminique : ingestion d’aliments riches en histamine est à l’origine de la poussée d’urticaire :

  • boissons alcoolisées fermentées ou distillées comme la bière, vin, vin de noix, liqueur de noisette
  • Charcuterie : saucisson sec, jambon et toute charcuterie emballée
  • Chocolat et cacao
  • Fromages fermentés : camembert, cheddar, emmental, gouda, parmesan, roquefort 
  • Fruits frais, jus : agrumes, bananes, fraises
  • Fruits secs : Noix, noisettes, cacahuètes, pralinés, glaces, biscuits, céréales
  • Légumes: épinards, tomates, petits pois, choux, choucroute
  • Œufs : blanc d’œuf
  • Poissions, coquillages, crustacés : thon, sardine, saumon, anchois, maquereaux, crustacés.
  • Troubles digestifs : manifestation très rare de l’allergie alimentaire.
  • Allergie alimentaire et effort physique : dans de rare cas, c’est la pratique d’un effort physique associée à la prise d’un aliment qui va conduire à une réaction allergique. C’est ce qu’on appelle « l‘ anaphylaxie à l’effort ». Au moment de l’effort, le tube digestif filtre moins bien les aliments. Ils passent alors en plus grande quantité dans la circulation sanguine et provoquent des réactions allergiques qui peuvent être très sévères, alors qu’au repos ils sont filtrés normalement et tolérés par l’organisme. La farine de blé est le plus souvent mise en cause dans ce type de réaction.

 

Quels sont les aliments le plus souvent impliqués dans les réactions allergiques :

  • Chez l’enfant : Lait, œuf, arachides et autres fruits à coque, moutarde, farine de blé, poisson, kiwi.
  • Chez l’adulte : Céleri, carotte, pomme, poire, pêche, crevette et fruits exotiques.

 

Les allergies croisées :

On peut être allergique à plusieurs aliments différents sans comprendre le lien qui existe entre les aliments : par exemple pomme + céleri ou ananas + avocat. De la même manière, on peut être allergique à un pollen et à un aliment : bouleau + pomme ou cyprès + pêche. Ce sont des allergies croisées ! Il existe en effet des similitudes entre des allergènes de familles différentes. L’allergène du pollen de bouleau, par exemple, a une structure très proche de l’allergène de la pomme. Les IgE spécifiques du bouleau, en croisant dans l’organisme l’allergène de la pomme, peuvent se tromper et croient reconnaitre le bouleau. La réaction allergique et déclenchée. Mais l’allergie croisée n’est pas systématique, il est inutile d’éliminer des aliments que l’on tolère même s’ils peuvent croiser avec voter allergie principale.

Pneumallergènes

Aliments

Acariens

Crevette, crabe, homard, langouste, escargot

Bouleau

Abricot, cerise, pêche, poire, pomme, fraise, framboise, coing, kiwi, noisette, tomate, pomme de terre, céleri, carotte, fenouil

Armoise

Cèleri, carotte, persil, moutarde, coriandre, fenouil, poivre, anis, cumin, curry, piment, graine de tournesol

Ambroise

Melon, pastèque, concombre, banane

Pariétaire

Pistache

Pin

Pignon de pin

Graminées

Tomate, cacahuète

Phanère de chat

Porc

Plumes d’oiseau

Œuf

 

Les allergies alimentaires guérissent elles ?

Selon le docteur TREBUCHON, les allergies au lait et à l’œuf guérissent le plus souvent. L’allergie au lait a disparu dans la majorité des cas à l’âge de 1 an et celle à l’œuf avant l’âge de 3 ans. L’allergie à l’arachide disparait dans 20% des cas. On constate aussi des guérisons concernant les autres fruits à coques, la moutarde, la farine de blé et autres sources de gluten*. Pour le poisson, les fruits de mer, les légumes et les fruits, l’évolution est rarement favorable.  Plus une allergie alimentaire se déclare tôt dans la vie, plus il y a de chance qu’elle disparaisse avec le temps.  Les allergies alimentaires qui débutent à l’âge adulte sont souvent définitives. 

*Sources de gluten : blé, seigle, orge, avoine, épeautre, kamut.

Les 14 allergènes alimentaires à étiquetage obligatoires : œuf, lait, gluten, poisson, arachide, soja, fruits à coques, crustacés, mollusques, céleri, moutarde, sésame, lupin, sulfites.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search