Le diabéte : Maladie de civilisation

Aurélie  QUERELLE (Naturopathe – Thanatopractrice) (nb : nous ne parlerons ici que du diabète sucré)

Maladie silencieuse engendrée par notre société moderne, il est en totale expansion depuis les dernières décennies et nombre d’entre nous en souffrons ou connaissons dans notre entourage des personnes touchées.

Mais qu’est-il exactement, que ce passe-t-il dans le corps ? un peu de lumière sur une maladie que l’on peut parfois avoir du mal à comprendre et où il est facile de s’emmêler les pinceaux.

 

Pour commencer quelques définitions de base….

 

Pancréas :

Glande annexe au tube digestif à la fois exocrine et endocrine, produisant d’une part un suc pancréatique riche en bicarbonates et en enzymes participant à la digestion et d’autres part des hormones telles que l’insuline, le glucagon etc… qui seront déversées dans le sang. 99% du pancréas est exocrine

Les îlots de Langherans :

Représentent 1% du pancréas, petits amas de cellules endocrines, ils sont responsables de la diffusion des hormones dans le sang

Insuline :

Hormone protéique produite par les cellules Beta des îlots de Langherans, elle favorise la rentrée du glucose du sang vers les cellules pour produire de l’énergie. Fait intéressant, elle fut utilisée en 1923 et 1930 pour faire grossir les patients en sous-poids.

Néoglucogénèse :

La néoglucogenèse est la formation de glucose à partir de précurseurs non glucidiques au niveau hépatique. Elle permet de stabiliser la glycémie en cas de jeûne ou d’exercice physique par exemple.

Index glycémique :

L’indice glycémique d’un aliment est donné par rapport à un aliment de référence, auquel on attribue l’indice 100 (généralement du glucose pur ou du pain blanc). Plus il est élevé (il peut être supérieur à 100), plus le pouvoir glycémiant de l’aliment est important.

 

QU’EST-CE QUE LE DIABETE ?

 

Le diabète est un problème dans la gestion de la glycémie.

Il y a difficulté à faire entrer le glucose à l’intérieur des cellules. Celui-ci qui circule dans le sang, monte et reste anormalement haut, c’est ce que l’on appelle une hyperglycémie.

Cette dernière peut résulter d’un défaut au niveau de la sécrétion d’insuline et/ou d’un défaut de l’action au niveau de l’insuline sur les cellules cible.

On parle de prédiabète quand la glycémie à jeun se situe entre 1,1 et 1,26 g et de diabète quand celle-ci est supérieure à 1,26 g/l à deux reprises.

 

Les deux types de diabètes principaux :

 

  • DIABETE TYPE 1

 

Il survient généralement chez les enfants ou adolescents avant l’âge de 20 ans et ne concerne qu’environ 6% des cas.

C’est une maladie auto-immune détruisant les cellules Beta se trouvant dans les îlots de Langherans. Le pancréas n’arrive plus à produire d’insuline (d’où une tendance à l’acidocétose-augmentation de l’acidité du sang par accumulation de corps cétoniques).

LA REPONSE ALLOPATHIQUE :

Elle repose sur l’insulinothérapie, seul moyen de combler la carence insulinique.

LA REPONSE NATUROPATHIQUE :

Il a été démontré que dans ce cas-ci, qu’un régime alimentaire à forte tendance végétalienne et sans gluten améliorait de façon conséquente la sensibilité à l’insuline et de fait réduisait la quantité d’insuline apportée en sus.

 

  • DIABETE TYPE 2

 

Il touche 1 personne sur 4 à partir de 40 ans.

Il a comme origine la résistance des cellules de l’organisme (musculaires, foie) à l’action de l’insuline. Cette résistance s’accompagne d’un défaut progressif de la sécrétion d’insuline par les cellules Beta.

Elle va progressivement se renforcer dans le temps et donner lieu à une hyperinsulinémie chronique qui précède l’hyperglycémie diabétique sur une durée de 10 à 20 ans.

Apparaît alors l’insulinodéficience causée par l’épuisement du pancréas.

L’accumulation d’acides gras dans les tissus non fait pour le recevoir emprisonne le glucose dans le sang et le pancréas fabrique de plus en plus d’insuline jusqu’à épuisement.

Donc parler de diabète c’est surtout parler d’insulinorésistance.

 

 

L’insulinorésistance :

Elle est la cause de toutes les maladies métaboliques ( diabète, obésité etc..) et notamment les maladies du cœur.

Nous disions donc plus haut que l’insulinorésistance résulte d’une trop grande libération           d’acides gras. Du fait de se retrouver en haute quantité ils vont favoriser la production hépatique de lipoprotéines riches en  triglycérides et donc stimuler la néoglucogénèse et la glycogénolyse, ce qui en rajout par le peu d’utilisation du glucose sanguin va élever la glycémie.

Paradoxe, plus haute est la dose d’insuline, plus l’insulinorésistance se développe, c’est une relation directe. Même si le niveau de glucose s’améliore, le diabète sera pire. L’insuline cause l’insulinorésistance et plus l’on a d’insuline plus il est difficile d’enlever les acides gras de cellules.

Les risques :

Les risques de cette hyperinsulémie sont en plus du diabète, l’obésité, l’athérosclérose, l’hypertension, plaies et défauts de cicatrisation, cataracte, neuropathie périphérique, néphropathie, AVC..etc… le diabète est en fait une maladie qui en cache beaucoup d’autres…

Les symptômes :

Soif intense, miction fréquente, fatigue, somnolence, irritabilité, apathie, vision trouble, infection génitale fréquente, maux de tête, difficultés de concentration, confusion…

 

LA REPONSE ALLOPATHIQUE :

Dans un premier temps c’est un régime spécifique qui est conseillé, là deux écoles s’opposent, l’une pro hydrates de carbone et l’autre au contraire préconise un régime bas en hydrates de carbone. Hors, si le régime faible en carbohydrates est efficace les 3/6 premiers mois, on se rend compte sur le long terme qu’il augmente le risque de maladies chroniques, problèmes de cœur, d’inflammation etc…nous verrons plus tard que ce n’est pas aussi simpliste qu’il y parait.

Dans le même temps une reprise de l’exercice physique.

En cas d’inefficacité du régime seul et en l’absence de contre-indications, la metformine est le traitement de choix en 1 ère intention. Des associations médicamenteuses sont réalisées en cas d’échec et un recours à l’insulinothérapie est envisagé en dernière instance. L’objectif étant de normaliser la glycémie par des anti-diabétiques ou des molécules augmentant l’action ou la sécrétion de l’insuline ( glicazide, metformine, répaglinide….)

 

LES FACTEURS DE DIABETE

Les facteurs de diabète ou aggravant de celui-ci sont pour commencer les sucres et graisses saturés, transformés et industriels. La mal bouffe est une des causes majeures des maladies dites de civilisation. Plus vous mangez industriel et transformé plus vous augmentez vos chances d’avoir une pathologie grave. Plats cuisinés, conserves, gâteaux, bonbons, restauration rapide…. Autant de choses qui si elles restent une exception passent, devraient les trois quart du temps être bannies de nos assiettes.

  • La sédentarité reste aussi un facteur prépondé L’exercice physique est INDISPENSABLE. Une étude Néozélandaise a d’ailleurs prouvé que 10 mn de marche après le repas faisait baisser considérablement la glycémie postprandiale. Les personnes pratiquant une activé physique régulière retrouvent une sensibilité à l’insuline et donc baisse leur diabète.

 

  • Le surpoids, s’il n’est pas un facteur à 100% aggrave lui aussi le diabète et notamment la graisse abdominale. Cette graisse qui s’accumule autour des viscères est plus dynamique que celle du tissu sous-cutané, elle relargue constamment un flux d’acides gras libres qui vont se transformer en triglycérides au niveau du foie.

 

 

  • Le stress. Facteur d’inflammation, le stress, l’insomnie, le déficit en magnésium sont aussi cause de surpoids et de résistance à l’insuline.

 

  • Le sel. L’absorption du glucose ne se fait au niveau de l’intestin qu’avec une présence de sodium, donc si on fait attention aux sucres cachés dans les produits alimentaires, on fait aussi attention au sel.

 

 

  • Les viandes. En plus d’être acidifiantes, l’excès de fer accélère la dégénérescence des cellules pancréatiques responsables de la production d’insuline et donc favorisent l’évolution du diabè

 

LA REPONSE NATUROPATHIQUE

Tout d’abord, en naturopathie l’importance du bon état de notre barrière intestinale et de son microbiote est primordiale. Vous voulez améliorer votre santé ? Dans tous les cas il faudra d’abord s’occuper de ce côté-là. Petite note, on remarque aussi que les patients en surpoids ont une flore intestinale amoindrie….Bien sur l’activité physique, la marche en nature participent au rétablissement du bon fonctionnement du corps, à abaisser le niveau de stress et à la désacidification de l’organisme. Alors sortez, bougez, respirez !

  • Un apport vitaminique correct, vitamines B6, B9, C, E, A…des anti-oxydants, et ne nous faisons pas d’illusions, le meilleur apport est dans des aliments de qualité. Même le meilleur des cuisiniers vous le diras, la grosse différence est dans la qualité du produit et le soin de la cuisson, alors mangez bio et sain.
  • Un apport en minéraux, calcium, magnésium, sélénium
  • Des Oméga 3! Indispensables au bon développement et à la maturation du système nerveux central. Ils ont une action hypotensive, amènent une diminution de la vulnérabilité à l’arythmie, anti agrégeant plaquettaires, hypotriglyceridemiants … oléagineux, poissons gras, huile de colza, huile de lin.. Ce n’est pas le gras en lui-même qui est mauvais, ce sont les acides-gras saturés et trans. Choisissez les bonnes huiles (bio, pression à froid, bouteille en verre) le gras c’est la vie !
  • Les fibres végétales, elles créent un magma alimentaire et réduisent l’absorption des glucides, retardent l’augmentation de la glycémie post-prandiale et étalent la réponse insulinique, l’indice glycémique du bol alimentaire s’en trouve abaissé. Foncez sur les fruits ( oui oui les fruits vous avez bien lu) et les légumes frais ( et bio, mais est-ce que c’est la peine de le redire … ? )
  • Calmez le gluten, le lait (surtout de vache) et la viande ( rouge, blanche, charcuterie, même combat). Le gluten et les produits laitiers produisent des colles qui fragilisent une barrière intestinale déjà
  • Privilégiez les cuissons douces, à la vapeur les légumes ont plus de goût et c’est une cuisson rapide. Vous trouvez encore que c’est un peu fade ? jouez avec les épices, les herbes ( pas celles qui font rire merci ), soyez inventifs et lâchez vos vieilles idées préconçues !
  • Plus que faire attention à avoir un index glycémique bas sur les repas , regarder la CHARGE GLYCEMIQUE… » Tandis que l’index glycémique ne donne que la mesure de la qualité des glucides, la charge glycémique considère également la quantité réelle de ces glucides dans une portion normale. Elle tient aussi compte de l’effet « antiglycémiant » des fibres alimentaires des aliments. » On base donc ses repas sur une charge glycémique basse afin de réguler son énergie sur la journé

Le jeûne :

Une étude américaine a montré que le jeûne favorise la croissance de nouvelles cellules pancréatiques, des cycles de jeûne réguliers activeraient des gènes qui déclencheraient la production d’une protéine (Ngn3) générant de nouvelles cellules Beta. Le jeûne intermittent améliore la fonction pancréatique et réduit les dépôts des triglycérides. En changeant l’apport calorique, on change le niveau de graisse dans le foie, le pancréas et l’insuline revient à la normale. (Étude de Ray Taylor)

Pour terminer, le diabète de type 2 n’est pas une fatalité, en ayant la volonté de changer ses habitudes et son hygiène de vie on progresse et on peut s’en sortir. Mais surtout n’hésitez pas à vous faire accompagner, ne vous amusez pas avec votre santé en vous supplémentant n’importe comment ou en faisant une diète sèche parce que vous avez vu une vidéo « you tube » qui vous dit que c’est génial.

Un jeûne ça se prépare (et pas n’importe comment), une supplémentation peut être délicate suivant les conditions, vous êtes unique et vos problèmes aussi (et ouuuuiiiii….) et c’est à ça que sert un praticien de santé, il saura s’adapter à vos besoins et vous conseiller en fonction.

Et prenez en considération que tout rapport avec la nourriture est du niveau de l’affect. S’occuper du corps c’est bien, mais pensez aussi à la dimension émotionnelle, que représente cette pathologie pour vous ? Nous ne sommes pas qu’un physique, nous sommes aussi des individus émotionnels, autant de pistes à explorer…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search