Les Phobies

By Tristan VALLON (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

Partie 1: LES PHOBIES

Le terme “phobie” nous vient du grec ancien “phobos” qui signifie crainte ou frayeur. Les phobies sont considérées par la médecine comme des troubles psychologiques et plus précisément des troubles anxieux. Une phobie est caractérisée par la peur irrationnelle d’une situation particulière, comme la peur de prendre un transport (train, avion, bateau… etc) ou d’un objet/animal spécifique comme l’arachnophobie (peur des araignées) ou l’ophidiophobie (peur des serpents).

Une phobie n’est pas une simple peur que l’on peut surmonter en y faisant face, c’est bien plus que ça. C’est une véritable  angoisse qui s’empare des personnes confrontées à un agent phobogène. Le sentiment ressenti par la personne n’est pas une simple peur. Une personne phobique adoptera une conduite d’évitement de l’objet ou de la situation qui l’angoisse, au point même de s’enfermer chez soi dans certains cas de phobies sociales.

Ce qui différencie une phobie d’une peur, est qu’une phobie  est une peur irrationnelle, irraisonnée  et démesurée, et que la personne en souffrant en est totalement consciente mais ne peut rien y faire.

Dans la vie de tous les jours, vivre avec une phobie peut devenir plus ou moins handicapant. Dans le cas des personnes souffrant d’aérodromophobie (peur des voyages en avion), éviter l’agent phobogène sera simple. Par contre dans le cas des phobies sociales, cela devient tout de suite plus difficile d’éviter la source d’angoisse sans s’handicaper au quotidien. L’ochlophobie, l’agoraphobie (peur de la foule) ou encore la katagélophobie (peur du ridicule) sont des phobies très incapacitantes, qui peuvent mener à l’isolement (lié à une conduite d’évitement presque systématique de ce qui angoisse la personne phobique) et donc à une dépression plus ou moins grave.

Les symptômes et les conséquences des phobies sont une sorte d’angoisse pouvant se transformer en crise de panique, augmentation de la fréquence cardiaque, nausées, bouffées de chaleur, nervosité et transpiration accrues.

Pour conclure, sachez que toutes les phobies restent des troubles psychologiques, même si la carpophobie (peur des fruits) peut en faire sourire certains, elle peut être très dure à vivre au quotidien.

 

Partie 2: Agoraphobie: angoisses et préjugés

By Matthieu LIMONGI (Volontaire en mission de service civique au sein du dispositif Ville Campus)

 

Si le terme agoraphobie est un terme aujourd’hui connu de tous, il n’en demeure pas moins de nombreuses conceptions erronées de ce trouble qui touche 2 à 4% de la population mondiale. Pour beaucoup, il s’agira en effet de la peur de la foule, ou bien de la peur « des gens » mais la réalité est tout autre. On fait le point.

 

Pour les experts, l’agoraphobie est l’une des phobies les plus incapacitantes pour l’individu qui est touché. Comme toutes les phobies, il ne s’agit pas d’une maladie mais bien d’une peur irrationnelle, et plus précisément une réaction émotionnelle qui a été assimilée par l’individu. Concrètement, au delà des présupposés commun, l’agoraphobie est liée à un sentiment d’insécurité permanent et se manifeste par une véritable panique lorsqu’il s’agit de s’éloigner d’un point de sécurité. La manifestation de cette angoisse peut s’effectuer à différentes échelles, on dénombre en effet plusieurs degrés d’intensité du trouble. Celui-ci pourra, pour certains, prendre la forme de la peur des espaces vides, où à l’inverse des espace trop cloisonnés, la peur des espaces publics, ou bien tout simplement la peur du fait de faire la queue par exemple.

 

À la racine

 

Si l’on compte plusieurs origines du trouble, les spécialistes considèrent que la base la plus commune au développement de l’agoraphobie est une difficulté à se sentir en sécurité. Antoine Spath, psychologue clinicien remarque « les agoraphobes ont souvent vécu avec un proche hyper-protecteur (la mère, en général) : celui-ci leur répétait souvent « fais attention, tu vas prendre froid, fais attention, tu vas te perdre, fais attention… », ce qui a conduit au développement de l’idée selon laquelle le monde est dangereux. » explique-t-il. Ainsi, les agoraphobes auront tendance à éviter les droits tels que les églises, supermarchés, métros, restaurants… Pour certains il s’agira d’un réel handicap, car à un certain degré les individus touchés deviennent « prisonniers » de leur propre habitation. En somme, un agoraphobe évitera les endroits où il risque de se sentir bloqué sans pouvoir obtenir une aide rapide et conséquente à son trouble.

 

Pour autant l’agoraphobie, comme beaucoup de phobies, n’est pas incurable. Les thérapies sont généralement le meilleur moyen de se débarrasser du trouble. Cela demande bien-sûr beaucoup de patience et un long travail sur soi, qui passe souvent par l’apprentissage de technique de relaxation pour surmonter la panique, pour qu’ils puissent doucement et progressivement affronter les situations tant redoutées.

 

Pour aller plus loin…

Vous connaissiez Dr. Nozman ? Un vidéaste adepte de la vulgarisation scientifique, qui a récemment dédié un de ses sujets aux phobies. Une vidéo que vous pourrez retrouver juste ici (https://www.youtube.com/watch?v=j5P3yySQHPc&t=316s)

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search