La Schizophrénie

By Céline FAU (Naturopathe / Animatrice socio-culturelle CROUS)

Selon Simon McCarthy-Jones,  Professeur en psychologie clinique et neuropsychologie à Dublin

Une définition de la schizophrénie est-elle possible ?

Les chercheurs se divisent en deux camps lorsqu’il s’agit de définir la schizophrénie : ceux qui la considèrent comme un trouble du développement neurologique génétiquement modifié et ceux qui la considèrent comme une réponse à des facteurs psychosociaux, comme les traumatismes. Quoi qu’il en soit, chaque camp possède selon Simon McCarthy-Jones, à l’évidence, certaines pièces du puzzle. L’idée que la schizophrénie était une seule et même chose, à laquelle on arrive par un seul chemin, a contribué à ce « conflit ».

Changement de terme ?

Le concept de schizophrénie se meurt. Attaqué depuis des décennies par les psychologues, il semble que ce soit les psychiatres – profession qui l’a pourtant longtemps soutenu – qui lui assènent le coup fatal. Jim Van Os, professeur en psychiatrie à l’Université de Maastricht (Pays-Bas), estime que nous ne pouvons pas changer notre façon de penser la maladie sans changer notre vocabulaire. Aussi, il propose que le terme schizophrénie soit supprimé. Il suggère de le remplacer par le concept de trouble du spectre de la psychose. D’autre part, le Japon de son côté a récemment rebaptisé la schizophrénie « trouble de l’intégration ». Selon Simon McCarthy-Jones, quoiqu’il renaisse des cendres du terme « schizophrénie », le choix futur devra offrir les moyens d’aider ceux qui se débattent avec ces troubles bien réels.

Quels sont les symptômes ? Combien de personnes en souffrent ?

Selon la Fondation de Recherche Médicale

L’Inserm estime que la schizophrénie touche près de 1 % des personnes (600 000 personnes) en France, et se déclare le plus souvent dès l’adolescence : la Haute Autorité de Santé souligne dans un rapport que 90 % des patients traités ont entre 15 et 55 ans. Cette maladie psychiatrique aux symptômes divers conduit le plus souvent à une dissociation de la personnalité des patients. Aujourd’hui, aucune thérapie ne peut guérir la pathologie : les chercheurs mènent un combat sur tous les fronts pour trouver de nouveaux traitements de la schizophrénie. Elle est l’une des maladies psychiatriques les plus fréquentes. L’Organisation Mondiale de la Santé classe cette pathologie psychiatrique dans le groupe des 10 maladies qui entraînent le plus d’invalidité, prédisposant notamment au suicide.

Les symptômes de la schizophrénie diffèrent selon les patients. De manière classique, on distingue plusieurs types de symptômes :

  • Des symptômes dits « positifs » caractérisés par des épisodes délirants, des hallucinations visuelles, auditives voire des autres sens ;
  • Des symptômes dits « négatifs » avec un retrait, un manque d’énergie et d’émotions pouvant être associé à une anxiété ou une dépression ;
  • Une désorganisation de la pensée et des comportements, souvent liée à des troubles cognitifs (troubles de la mémoire, du langage…) ;

 

Un traitement naturel pour la schizophrénie

Selon les recherches et ouvrages du Docteur Natasha Campbell-McBride, spécialiste en neurologie et en nutrition

  • Qu’est-ce que le syndrome entéropsychologique ?

Les troubles du déficit de l’attention, la dyspraxie, la dyslexie, les allergies, l’asthme, l’eczéma ont tous atteint des proportions telle une épidémie. Plus encore, ces maladies a priori sans rapport entre elles sont en réalité liées. Le Docteur Campbell-McBride a découvert que la grande majorité de ces enfants avaient rarement une seule de ces maladies, mais le plus souvent deux ou trois d’entre elles. Par exemple un enfant allergique peut présenter une dyspraxie. Pourquoi en grandissant beaucoup d’entre eux sont-ils atteints de schizophrénie, de dépression, de trouble bipolaires et d’autres troubles d’ordre psychologique et psychiatrique ? Selon le Docteur Campbell-McBride, le dénominateur commun qui caractérise toutes ces personnes est l’état de leur système digestif.  Elle propose alors d’appeler ce trouble « syndrome entérospychologique » ou syndrome GAPS (Gut And Psychology Syndrome). Le psychiatre français Philippe PINEL (1745-1828), père de la psychiatrie moderne, a consacré de nombreuses années à l ‘étude des maladies mentales. Il conclut en 1807 : « Le siège de la folie se trouve communément au niveau de l’estomac et des intestins ». Et pourtant la grande majorité des psychiatres n’accordent toujours aucune importance au système digestif de leurs patients. A ce jour, la psychiatrie moderne offre aux schizophrènes l’administration de médicaments antipsychotiques, ce qui permet de réduire les symptômes de 15 à 25%.   Le Docteur Campbell-McBride souligne qu’il est clairement dit dans un manuel de psychiatrie publié en 1937 (textbook of Psychiatry, Henderson et Gillepsie) qu’« un examen physique complet est absolument essentiel dans chaque cas ; les schizophrènes sont souvent dénutris ». La recherche actuelle vient confirmer ce point car les médecins relèvent couramment chez les patients schizophrènes de nombreuses carences en vitamines et minéraux.

  • Pourquoi les patients schizophrènes souffrent ils de carences alimentaires ?

L’alimentation : On a découvert à la fin des années 70,  que le gluten issu des graines et la caséine du lait pouvaient se transformer en opacités dans l’appareil digestif et, qu’une fois absorbés dans le sang, ils pouvaient traverser la barrière hémato-encéphalique et atteindre le cerveau. On a trouvé des traces de ces opacités dans les urines de patients schizophrènes ou dépressifs et de personnes souffrant de maladies auto-immunes. Il est clairement apparu que ces patients ne pouvaient digérer ni le gluten du blé ni la caséine du lait.

Les hormones : Etant donné que les symptômes de la schizophrénie apparaissent en général à l’âge de la puberté, le Docteur Campbell-McBride pose deux hypothèses :

  • La puberté joue un rôle dans l’apparition de cette maladie. En effet les hormones libèrent un passage dans la barrière hémato-encéphalique, dont profitent certaines toxines, présentes dans le corps de l’enfant depuis la naissance mais n’ayant jamais pu jusque-là atteindre le cerveau.
  • Le cerveau réduit le nombre de ses récepteurs à différents stades de la croissance (notamment à la puberté). A la puberté, des toxines venues de l’intestin de l’enfant, notamment des peptides opioïdes, interfèrent avec ce processus naturel, déclenchant ainsi des psychoses.

La toxicité générée par le volume pathologique de bactéries dans l’appareil digestif, en affectant le cerveau du patient, est à l’origine des symptômes de la schizophrénie selon le Docteur Campbell-McBride.

Selon ce médecin, le régime alimentaire spécifique qu’elle prescrit aux enfants atteints du syndrome de GAPS fonctionne très bien avec les patients schizophrènes car celui-ci soigne la muqueuse intestinale et rétablie l’équilibre de la flore intestinale. Par conséquent, la digestion redevient normale permettant au patient  d’absorber correctement la nourriture. L’intestin cesse de produire des toxines en masse au sein de l’organisme et se met à produire des nutriments, c’est-à-dire à remplir son rôle normal. Après la disparition des carences nutritionnelles et de la toxicité, les symptômes psychotiques disparaissent eux aussi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search